Accident de robe: Anastazia se retrouve les fesses à l’air libre dans Danse avec Stars

Accident de robe: Anastazia

Ce samedi soir, Anas­ta­cia était invi­tée à exécu­ter une choré­gra­phie endia­blée dans la version italienne de Danse avec les stars. Hélas, sa robe lui a fait défaut en pleine pres­ta­tion…

Elle a fait vibrer les enceintes de votre chambre de sa profonde voix soul et de son tube I’m Outta Love avant de connaître des moments diffi­ciles. Après s’être battue contre deux cancers consé­cu­tifs, Anas­ta­cia profite de chaque instant et de chaque chal­lenge pour se donner à 1000%. « Chaque petite chose que je fais, y compris parti­ci­per à Strictly Come Dancing, est une tenta­tive de retrou­ver une petite part de la fémi­nité que m’a volé le cancer » expliquait-elle au maga­zine Fault à l’oc­ca­sion d’un shoo­ting dénudé.

Et effec­ti­ve­ment, son coffre et son timbre ne sont pas les seules cordes soli­de­ment accro­chées à l’arc de la belle Anas­ta­cia. Candi­date de la version britan­nique de Danse avec les stars, elle était arri­vée jusqu’à la sixième semaine à l’aide d’un jeu de jambes parti­cu­liè­re­ment gracieux et de son binôme, le danseur Bren­dan Cole, en 2016. C’est donc tout natu­rel­le­ment que la chan­teuse de 49 ans a été invi­tée à donner de la cheville dans la version italienne du show, Ballando con le stelle, ce 24 mars pour une unique perfor­mance éclair.

Dans les bras de l’ac­teur et danseur Maykel Fonts, et sous les trom­pettes italiennes, Anas­ta­cia a exécuté une choré­gra­phie milli­mé­trée. Mais au moindre porté, sa robe à frange lui a hélas fait défaut, dévoi­lant ses jolies formes et sa culotte couleur chair. « Je pense que pour rempor­ter la compé­ti­tion, les quali­tés néces­saires sont un bon cœur et un esprit honnête, a-t-elle expliqué à Milly Carlucci, la présen­ta­trice. Dans la vie, ce n’est pas être célèbre qui compte mais être heureux. Et si tu es heureux dans ce que tu fais, ce n’est pas très impor­tant d’être célèbre.  » Elle aura en tout cas rendu le sourire à la tota­lité de l’au­dien­ce…

Laisser un commentaire