Procès Simone Gbagbo: perpétuité requise contre l’ancienne première dame

Procès Simone Gbagbo

En Côte d’Ivoire, après des mois d’audience, le procès de Simone Gbagbo touche à sa fin. C’est désormais l’heure du réquisitoire contre l’ex-première dame poursuivie pour crimes contre l’humanité pendant la crise postélectorale de 2011-2011.

Le réquisitoire a été prononcé par le procureur général Ali Yéo qui a fait un long rappel des motifs pour lesquels madame Simone Gbagbo est inculpée de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Toute la tâche et la difficulté du magistrat est d’établir un lien certain et incontestable entre l’ex-première dame de Côte d’Ivoire et les crimes commis par les forces régulières ivoiriennes ou les patriotes pro-Gbagbo contre certaines populations civiles, supporters d’Alassane Ouattara.

Pendant plus d’une heure, Ali Yéo est revenu sur les bombardements du marché d’Abobo et sur les tirs contre les manifestants de la Radio-télévision ivoirienne, la RTI. Il a expliqué qu’au sein de la cellule de crise de l’époque constituée de ministres et de militaires, Simone Gbagbo était la véritable dirigeante, la patronne, la cheffe de guerre, et que par conséquent même si elle n’a pas tiré, même si elle n’a pas bombardé, c’est bien elle qui doit être tenue pour responsable.

De ce fait, le procureur a requis la peine maximum pour l’ex dame de fer de Côte d’Ivoire : la prison à perpétuité, sans circonstance atténuante, sans sursis ou aménagement de peine, et avec privations de ses droits civiques. La cour vient de se retirer pour délibérer. On devrait connaître le verdict dans la journée ou en début de soirée.

Laisser un commentaire