Le procès du maire de Dakar et d’autres sujets à la Une

    Le procès du maire de Dakar et d’autres sujets à la Une
    – Les quotidiens reçus mercredi à l’APS s’intéressent au procès du maire de Dakar et à d’autres sujets dont la tournée économique du chef de l’Etat dans le Sine-Saloum.

    Sud Quotidien note que « la contre-attaque des avocats de la défense, dans l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, s’est poursuivie hier, mardi, au niveau du tribunal de grande instance de Dakar ».

    « Dans leurs plaidoiries qui ont duré toute la journée, les conseils du député-maire, Khalifa Sall et ses co-détenus, qui persistent à soutenir que ce procès est +politique+ ont tiré à boulets rouges sur le régime de Macky Sall, l’accusant de vouloir liquider politiquement Khalifa Sall », écrit Sud.

    Parlant de ces plaidoiries, Enquête titre : « Le tir groupé de la défense ». Ils ont demandé la « relaxe pure et simple dans cette affaire +singulière », note le quotidien qui relève par ailleurs que le maire de Dakar « n’a pas obtenu gain de cause » devant la Cour de justice de la CEDEAO qui siège à Abuja (Nigeria).

    Estimant que ses droits « avaient été violés », les avocats de Khalifa Sall avait saisi ladite Cour pour lui « demander de bloquer » la procédure initiée contre leur client. Mais les juges ont rendu un arrêt dans lequel ils écartent « l’existence d’une urgence ». Par conséquent, le procès qui est presque à son terme à Dakar doit se poursuivre, selon Enquête.

    A propos de cette décision, Le Quotidien titre : « Khalifa Sall encaisse un non » devant la juridiction communautaire tandis que pour L’As, « Khalifa Sall perd une bataille à la CEDEAO ».

    Mais Walfadjri livre un autre son de cloche et note que « Khalifa Sall n’a pas été débouté » par la Cour de justice de la CEDEAO.

    « La plainte du maire de Dakar pour violation de ses droits au Sénégal n’est pas encore examinée par l’instance communautaire (…) », fait observer le journal.

    « Ce dont il est question dans la décision rendue mardi (….) concerne l’examen préliminaire de la requête. C’est-à-dire une décision sur la forme en rapport avec la procédure de référée intentée par la défense pour la +prise de mesures provisoires. Ce, en attendant que le litige soit tranché par la CEDEAO+ », explique Walf.

    Libération s’intéresse à la tournée économique du chef de l’Etat dans le Sine-Saloum et souligne qu’avec Macky Sall, « l’équité territoriale (est) en marche ». Le journal évoque le lancement des travaux du pont de Foundiougne et l’inauguration de la route Passy-Sokone.

    Alors que ses opposants qualifient ses tournées de « campagne déguisée », Vox Populi relève que Macky Sall « refuse d’être dans la +campagne+ (électorale) ». Durant l’étape de Foundiougne, il a, en effet, déclaré : « Je ne vais pas parler de politique, parce qu’à chaque fois que je vous parle de politique, on dit que le président est en train de faire campagne ».

    Tribune signale que « face à la tournée économique de Macky Sall, Idrissa Seck retourne en campagne ».

    « Pour démontrer à Macky Sall qu’il ne compte pas lui céder une parcelle du territoire, Idrissa Seck s’installe deux jours au Saloum. A partir de Porokhane (Cité religieuse) où il a été devancé par Macky Sall, Idrissa Seck met à exécution son objectif qui est de démolir tout que ce dernier a construit lors de son séjour au Sine-Saloum », écrit le journal.

    Sud Quotidien aborde le débat autour de la publication de l’Accord de coopération internationale sur le gaz entre le Sénégal et la Mauritanie et affirme que « la controverse prend ses quartiers ».

    Cette controverse est suscitée par leader de Rewmi, Idrissa Seck, qui avait demandé au chef de l’Etat de publier cet accord. Macky Sall avait répondu en substance que ce texte doit suivre une procédure qui doit le conduire devant l’Assemblée nationale pour ratification.

    Dans le journal, différents acteurs de la société civile donnent leur avis sur cet accord.

    Le quotidien Témoin informe que Macky Sall « augmente » les primes des militaires pour leur exprimer sa « satisfaction » après le démantèlement de toutes les bases rebelles dans le cadre de l’opération lancée après le carnage de Boffa-Bayotte en Casamance le 6 janvier dernier qui avait 15 morts.

    L’Observateur met en exergue « le déficit de production et le problème de distribution de l’eau » dans la capitale sénégalaise et s’exclame : « Eau secours Dakar ! ». Le journal fait état d’un gap de plus de 2000 mètres cubes par jour et signale que de 200 000 abonnées en 1996, la ville est passée à plus de 800 000 abonnées aujourd’hui.

    L’As revient sur les accidents sur la route de Porokhane à l’occasion du Magal dédié à la mère d’Ahmadou Bamba, fondateur du mouridisme et parle de « mardi noir ». Le journal rapporte la mort du motard d’Ousmane Tanor Dieng (président du Haut conseil des collectivités territoriales), une collision qui fait 10 morts et des blessés graves.

    Laisser un commentaire