Rwanda: près de 200 policiers font les frais de la lutte contre la corruption

Lutte contre la corruption

0
16

Au Rwanda, environ 200 policiers ont été renvoyés pour corruption. La police rwandaise, selon un porte-parole, entend livrer une guerre « sans pitié » aux dessous de table.

Le limogeage de 198 policiers, décidé au dernier conseil des ministres, concerne de simples agents, mais également des inspecteurs et même un commissaire. Selon le porte-parole de la police, Theos Badege, la plupart des policiers licenciés auraient sollicité des pots-de-vin.

Kigali a maintes fois dit sa volonté de lutter contre la corruption. Le Rwanda est le pays le moins corrompu sur le continent africain après le Botswana, selon Transparency International. Sa représentante à Kigali, Marie-Immaculée Ingabire, se réjouit du renvoi des policiers corrompus. « On apprécie beaucoup parce que justement cela montre la volonté politique de lutter contre la corruption. Il n’y a pas d’autres indicateurs en fait pour mesurer la volonté politique. Ce sont des actes comme celui-là », explique-t-elle.

Selon le porte-parole de la police, il n’est pas exclu que certains des policiers limogés fassent l’objet d’accusations pénales. « Il faut des investigations. On ne peut pas juste renvoyer des gens de la police nationale sans chercher plus de preuves. La corruption est un délit pénal, donc ça ne peut pas s’arrêter à ces mesures administratives et disciplinaires. Il faut absolument qu’il y ait des poursuites judiciaires », réclame la représentante Transparency International.

Un fonctionnaire risque cinq ans de prison s’il touche un pot-de-vin pour faire quelque qu’il aurait dû faire gratuitement, 20 ans si cet acte est proscrit par la loi.

Dans sa lutte contre les dessous de table, la police cible également les citoyens. Selon la police, environ 200 personnes ont été arrêtées l’an dernier pour avoir proposé de l’argent à des policiers. « Certaines ont été prises en flagrant délit en train de donner des pots-de-vin à la police. Mais nous savons aussi qu’il y a des cas qui n’ont pas été dénoncés », souligne Marie-Immaculée Ingabire

Laisser un commentaire