Législatives : Mimi Touré ou la cadence de la décadence

Législatives : Mimi Touré

0

De jour en jour, on connait les responsables politiques de premier plan qui sont zappés des listes des investitures à la députation. Mais la non-investiture qui caporalise les médias et qui l’objet de plusieurs supputations est celle d’Aminata Touré de la mouvance présidentielle. Celle qui, dans ses rêves les plus fous, pensait diriger la liste nationale de Bennoo Bokk Yaakaar et de filer tout droit vers la place Soweto pour trôner sur le promontoire de l’hémicycle vient de recevoir le coup de grâce dont elle risque de ne plus se relever politiquement.

Longtemps combattue dans son parti par son propre chef, Macky Sall, en dehors des bienveillantes apparences, la Première dame et toute la courtisanerie Faye-Sall composée des Mame Mbaye Niang, Souleymane Jules Diop, Mbaye Ndiaye, Moustapha Cissé Lô, Mahmout Saleh, Oumar Youm, Yakham Mbaye, Aminata Touré se rendra compte, avec cet enterrement de première classe qu’on veut lui offrir, que cette non-investiture n’est que l’épilogue d’une long processus destruction entamé dans les officines du palais au lendemain de sa nomination à la Primature le 1er septembre 2013.

Son passage intrépide au ministère de la Justice, même si certaines décisions de justice (Affaire Habré, affaire Karim Wade) qui portent son empreinte sont fortement controversées, lui avait servi de rampe de lancement pour atteindre des sommets insoupçonnés. Il faut souligner que l’embastillement de Cheikh Béthio Thioune était perçu comme un acte de réel courage dans un contexte politique et de réalité sociologique et religieuse assez chargé surtout compte tenu du nombre impressionnant des talibés de la personne appréhendée. Et surtout de la confrérie à laquelle il appartient.

Certains responsables de l’Alliance pour la République considéraient jalousement cette nomination comme une promotion non seulement au niveau étatique mais au niveau du parti ou de facto, elle devenait le numéro 2. Dès l’instant qu’elle s’est installée au 9e étage du Building administratif, les premiers missiles des sicaires du palais ont commencé à pleuvoir sur le toit de son cabinet.

Dans nos démocraties, la nature du régime présidentialiste est par essence conflictualiste. Elle confère de facto au Premier ministre, qui partage le même parti avec le président de la République qui l’a nommé, une place de numéro 2 dans l’appareil gouvernemental ainsi qu’au sein du parti. Ainsi, dès que Mimi Touré a été nommée Premier ministre, au sein de la structure des cadres de l’Alliance pour la République, on la considérait comme une usurpatrice de la 25e heure qui a profité du raffut promotionnel créé autour de la traque des biens mal acquis pour accéder à la Primature. Dès lors, la personne politique à abattre est la personne du Premier ministre. Et comme si c’était un assassinat politique concocté et programmé dans les officines de l’APR, il fallait pilonner graduellement Mimi dans les médias.

 Processus de liquidation politico-médiatique

 C’est ainsi que dans le journal l’Obs du 11 octobre 2013, la présidente du Mouvement des femmes apéristes, Marième Badiane, qui accusait le Premier ministre de vouloir faire main basse sur la structure qu’elle dirige par l’entremise de son pantin Awa Guèye, première vice-président de l’Assemblée nationale, fut la première à décocher les flèches empoisonnées en déclarant sans aménités : «Mimi Touré est une militante de la 25e heure. Elle est un épiphénomène, ne me parlez pas d’elle».

Ensuite, ce fut au tour de Mame Mbaye Niang (dont l’arrogance et l’allégeance ont été récompensées par la suite par un poste ministériel) qui, dans une longue interview accordée au journal l’Enquête du 04 janvier 2014, crucifia implacablement Aminata Touré. Morceaux choisis dans cette logorrhée virulente, acérée, sans concessions de l’alors président du Conseil de surveillance de la Haute autorité de l’aéroport Léopold Sédar Senghor, contre le chef du gouvernement : «Aucun président de la République ne va accepter, après avoir été élu par les Sénégalais, de laisser prendre son pouvoir ou ruiner ses prérogatives par quelqu’un qui a été nommé par lui. Mais les gens, dès que vous les nommez, ils commencent à développer des esprits de groupe, des tendances sectaires, à avoir des ambitions, au point d’en oublier ceux qui les ont choisis. Ils développent des stratégies d’implantation, de maillage, de noyautage, en se disant : ce pourrait être moi. Ce n’est pas acceptable, et il faut que ceux qui nourrissent ces ambitions fassent attention.»

«Quelle influence un Premier ministre peut-il avoir, alors qu’il est simplement le premier des exécutants ? Comment un Premier ministre peut avoir de l’ambition au détriment de celui qui l’a nommé ? Dès qu’on se met dans cette dynamique, on cesse de penser au pays, au travail, pour se mettre dans une sorte de lissage de son image et de sa personnalité.»

«On ne défend plus le président de la République, on se défend et on pense déjà à un mouvement, une association, en se disant qu’on a déjà un destin créé. On sait qui est qui au Sénégal. Qui connaissait tous ces gens avant qu’ils ne soient nommés ? La plupart de ceux qui réclament aujourd’hui une légitimité étaient des salariés payés par Macky Sall (dont Mimi Touré : ndlr).»

«Dans notre parti, la seule légitimité est celle acquise au combat, par son engagement, et je pense que Mimi gagnerait à faire la différence entre responsabilité étatique et responsabilité politique.» N’en jetons plus !

Auparavant le même journal Enquête avait fait état dans sa livraison du 26 octobre 2013, des relations exécrables qui existent entre le Premier ministre et le Secrétaire général du gouvernement par ailleurs porte-parole de l’APR, Seydou Guèye. Dans le même sillage, le ministre conseiller Mbaye Ndiaye avait lui aussi, dans une interview accordée au journal Quotidien du 09 novembre 2013, dénié au Premier ministre le poste de facto de N° 2 de l’Apr. Ces attaques virulentes contre Mimi Touré n’étaient que le début d’une longue machination visant à la défenestrer du 9e étage du building administratif avec la complicité du chef de l’Etat qui, aphone, n’avait jamais réagi aux attaques vitriolées contre son Premier ministre. Cette dernière, tétanisée, en était même arrivée à ne présider que des conseils interministériels. Finalement, on ne reconnaissait plus cette femme politique vivace dont l’alacrité du discours charme et enfièvre même ses opposants. Diserte, elle était devenue soudainement aphasique au point que certains médias où elle aimait s’épancher ne parvenaient plus à lui soutirer un seul mot.

Lui-même, le président Macky Sall avait désavoué son PM quand, au lendemain de sa déclaration de politique générale inspirée par le «Yoonu Yokkuté», il avait enterré ce programme de campagne au profit du Plan Sénégal émergent (PSE). Et chose gravissime le suivi de ce PSE est confié à Boun Mahammad Abdallah Dionne plutôt qu’à celle qui, constitutionnellement, a en charge de conduire la politique gouvernementale. D’ailleurs, tout cela vaticinait une certaine déchéance puisque c’est ce Boun Dionne qui la remplacera à la Primature, le 6 juillet 2014. La défaite aux Locales de 2014 était le prétexte idoine pour la défenestrer.

Mimi, l’indésirable

Après une assez longue hibernation, elle est nommée par le Président Sall, le 10 février 2015, Envoyée spéciale (coquille ville). Un hochet pour la retenir dans le parti. Il a fallu attendre le 20 mars 2016 pour se réhabiliter politiquement puisque Bennoo avait réussi, avec un score étriqué, à terrasser Khalifa Sall dans son fief de Grand-Yoff voire dans son bureau de vote. Mais le président avait compris qu’elle ne faisait plus politiquement le poids à Grand-Yoff puisque cette victoire au référendum était due à un transfert d’électeurs massif en complicité avec les services du ministère de l’Intérieur.

Puisque Mimi ne pèse plus lourd à Dakar, il faut s’en débarrasser diplomatiquement, courtoisement et laisser la place de Grand-Yoff à Adama Faye, le frère de la femme du président, et à Cheikh Bakhoum, Directeur général de l’Agence pour le développement de l’Informatique de l’Etat (ADIE). Et c’est ce qui explique pourquoi, le président de l’APR l’a exilée pour aller militer 189 km de Dakar, plus précisément à Kaolack où elle tombe dans une mare pleine d’alligators (Diène Farba Sarr, Mariama Sarr, Nafissatou Diop Cissé et Awa Guèye) qui ont fait de lui manifester tôt leur hostilité.

On se rappelle ces propos sans ambiguïté et sans aménités de la ministre de la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance prononcés lors d’un meeting : «Nous sommes les pionniers de l’APR à Kaolack. Nous ne sommes pas une de ces personnes qui avaient été demander une disponibilité pour venir battre campagne avec Macky Sall. Nous avons tout abandonné pour suivre Macky Sall pendant la période des vaches maigres. Nous n’accepterons pas qu’une personne qui a été nommé à un poste, oublie ses origines. Cette même personne, limogée, puis battue dans son fief, ensuite rejetée à Gossas, sa terre natale, veut être parachutée à Kaolack pour récupérer le fruit d’un labeur. Qu’elle se le tienne pour dit. A Kaolack, nous travaillons, chacun de son côté, mais au moment opportun, nous unissons nos forces pour faire triompher Macky Sall. Nous n’avons besoin de personne pour gagner les élections, nous en sommes capables durant toutes les élections qui se sont déroulées ici.»

 Finalement Mimi, c’est la mal-aimée de l’APR, l’indésirable qui erre et qu’aucune terre ne veut accueillir. Elle vient d’être politiquement enterrée par Macky Sall et ses affidés. On peut tout lui reprocher sauf d’être infidèle au chef. Elle n’a jamais hésité à mettre son bagout ou sa gouaille à son service, et à attaquer sans vergogne ses adversaires politiques surtout Khalifa Sall, à qui elle a consacré, ces derniers temps, une kyrielle d’émissions et d’interviews entières aux seules fins d’anéantir un potentiel candidat à la présidentielle de 2019. Une telle posture, un tel engagement aveugle même faite de mauvaise foi (on est en politique) se récompense positivement au moment où le bateau apériste tangue et risque de se drosser sur l’écueil de la défaite électorale aux législatives de juillet prochain.

Tout au cours de sa militance au sein de l’APR, elle n’a jamais pu ou su se forger des relations solides au sein du parti présidentiel. Dans l’armée mexicaine de l’APR, le Général Mimi n’a ni caporal, sergent, ni lieutenant, ni colonel à ses côtés. En sus, elle n’est pas dans les bonnes grâces de la Première dame dont l’influence, dans certaines prises de décisions politiques auprès de son mari, a une valeur décrétale (où est Mbagnick Ndiaye ?). Et ce solipsisme politique l’a beaucoup desservie contrairement à un Amadou Ba ou Cheikh Kanté qui comptent de nombreuses ouailles au sein de l’APR. Du fait de leur force de frappe financière.

Aujourd’hui, cette non-investiture aux législatives prochaines a accéléré la cadence de sa décadence au sein de l’APR. Ainsi son ambition présidentielle (même si elle ne l’a jamais rendue publique) après le magistère de Macky risque d’en prendre un sacré coup si elle ne prend pas en main courageusement son destin présidentiel. Aujourd’hui l’on se demande ce que fait Aminata Touré, ex-ministre de la Justice, ex-Premier ministre, dans un parti où elle ne peut même plus figurer sur une liste de députés là où d’obscurs militants, sans aucun fait d’arme, plastronnent à des places de choix sur la liste nationale.

 
lessentiel.sn

Laisser un commentaire