Yémen : l’ex-président Saleh tué par ses anciens alliés houtis

Yémen : l'ex-président Saleh tué par ses anciens alliés houtis

0

L’Egypte a exprimé sa « vive préoccupation » à l’égard de la détérioration de la situation au Yémen après l’assassinat, lundi 5 décembre, de l’ex-président Ali Abdallah Saleh par les rebelles houthis. Une préoccupation motivée par des intérêts stratégiques et économiques.

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti
Le cauchemar de l’Egypte serait que les rebelles houthis menacent la navigation dans le détroit de Bab el-Mandeb au sud de la mer Rouge. Un détroit vital pour la navigation dans le canal de Suez, une des principales sources de revenus de l’Egypte et que le Caire veut transformer en « hub » industriel et commercial.
L’Egypte qui fait partie de la coalition arabe conduite par l’Arabie saoudite apporte une participation aérienne et surtout navale. Plusieurs bâtiments de la marine patrouillent au large des côtes yéménites pour empêcher les livraisons d’armes et de munitions à la rébellion houthie.

Yémen: l’ancien président Ali Abdallah Saleh a été tué à Sanaa

Une des pièces maîtresses de cette flotte de mer Rouge est un porte-hélicoptères de type Mistral, le Gamal-Abdel-Nasser. Le Caire a toutefois refusé d’envoyer des troupes combattre la rébellion du fait du traumatisme causé par la guerre du Yémen qui avait couté à l’Egypte des dizaines de milliers de morts au début des années 1960.

Laisser un commentaire