Il voulait célébrer la victoire des Lions au Palais, Pape Gorgui NDONG éconduit par la Police

Il voulait célébrer la victoire des Lions au Palais,

0

La timide célébration de la qualification du Sénégal à sa deuxième phase finale de Coupe du monde, vendredi dernier, avait poussé le ministre de la Jeunesse à vouloir faire fi du deuil qui frappe le Sénégal pour jubiler devant les grilles du palais de la République. Avec quelques personnes, il a tenté d’improviser une marche spontanée après le coup de sifflet final de l’arbitre pour sans doute pousser Macky Sall à singer Wade en 2002 lors de l’épopée glorieuse de la bande à El Hadji Diouf en Corée du Sud. Mais, Pape Gorgui Ndong s’est heurté à un barrage à quelques encablures du palais par les services d’Aly Ngouille Ndiaye. Ainsi, sa manif’ a été tuée dans l’œuf et le ministre stoppé net malgré son insistance, soutenant que le «Patron» est au courant de cette initiative. «On n’a pas reçu d’ordres de la hiérarchie», lui aurait rétorqué la police, selon les sources de WalfQuotidien chez les limiers. Et Pape Gorgui Ndong, a été obligé, avec sa cohorte, de «dégager», comme un syndicaliste interdit de marche, la voie qui mène vers le palais, zone où de nombreuses manifestations de l’opposition et de la société civile ont été interdites ces derniers temps.
N’arrivant pas à convaincre les policiers, le jeune ministre rate ainsi l’occasion de se donner un rôle et d’offrir un bain de foule à son chef comme Abdoulaye Wade il y a 15 ans. Mais tout le monde n’est pas le Pape du Sopi. Ses jubilés avec le peuple où il se permettait de communiquer, depuis Séoul avec El Hadji Diouf au téléphone devant la foule déchainée, contraste d’avec l’image qu’on tente de rafistoler d’un Macky Sall, seul avec son cinéma à domicile comme on a tenté maladroitement de le vendre à la presse avec des photos le montrant en train de suivre le match. Les nombreuses critiques sur les réseaux sociaux en sont une éloquente illustration.
Cette «sage» décision des pouvoirs publics d’interdire la marche d’un autre ministre est à applaudir à sa juste valeur. Car, elle feint au moins de montrer que les interdictions sur cet axe menant au Palais, c’est pour tout le monde, après les protestations des partisans d’Aliou Sall en avril dernier bien sûr.

Laisser un commentaire