Vélingara : Tabaski 2020, les affaires tournent au ralenti au foirail de Diaobé

A l’instar des musulmans des autres localités du pays, ceux de la commune rurale de Kounkané, dans le département de Vélingara (sud), vont célébrer la fête de l’Aïd el Kébir communément appelée Tabaski, le vendredi 31 juillet 2020. A quelques jours de cette grande fête, les clients retardataires attendent ce mercredi, dernier jour du marché hebdomadaire de  Diaobé pour espérer dénicher un mouton de sacrifice.

Il est 8 h 30 mn, lorsque j’arrive devant le portail du foirail de Diaobé situé près de la route national numéro 6 (RN6). Sous ce ciel couvert de nuages, on note, dès l’entrée, un point de vente mouvementé et sous une surveillance d’agents de sécurité de proximité (ASP). Une présence qui fait du bien aux usagers de ce lieu de vente de bétail, au vu des embouteillages des veilles de Tabaski. Les discussions entre les commerçants de moutons et les clients vont bon train.

Pris tout de suite pour un client, j’ai été accosté par des vendeurs, chacun allant de son système d’approche et de « marketing ». Sitôt renseignés sur leur interlocuteur que je suis, les commerçants n’ont pas hésité à égrener les difficultés qu’ils rencontrent cette année, en cette veille de la « fête du mouton». Installé depuis plus de deux jours dans ce marché à bétail, Moussa Sow, vendeur de moutons, nous confie que « le marché est bizarre », pour dire que les affaires tournent au ralenti. Cette année, poursuit-il, il a du mal à écouler son bétail. M. Sow déclare avoir vendu « seulement quatre moutons » hier, mardi 28 juillet. Aujourd’hui, il confie avoir vendu, pour le moment, deux moutons. « On dirait que cette année les gens n’ont pas d’argent », a-t-il émis pour évoquer la morosité de la vente. Selon ses explications, les clients trouvent les moutons chers, malgré qu’ils aient revu les prix à la baisse par rapport à l’année dernière.

« Mais on les comprend aussi du fait que la fête est arrivé dans un contexte de crise sanitaire où tous les secteurs d’activités sont au point mort, et cela depuis plusieurs mois», se résigne-t-il. Les moutons de Moussa Sow varient entre 60 000 et 130 000 francs CFA. Samba Baldé exerce le métier de vendeur de bétail depuis dix ans. Mais il estime que cette année, il y a peu d’animaux et moins d’achats par rapport aux années précédentes. Lui également affirme que les prix des béliers sont moins chers par rapport aux années antérieures. Et cela varie selon la qualité du mouton, explique-t-il. Parmi les clients, une dame sous le couvert de l’anonymat  est venue acheter un mouton. Préoccupée à discuter du prix du mouton avec le commerçant, elle n’a pas le temps de répondre à nos questions.

Face à notre insistance, elle finira par lâcher quelques mots : « Chaque année, c’est le même constat. Les prix des moutons sont élevés ». Un autre acheteur, Saïdou Mballo, nous raconte que c’est dans ce marché à bétail qu’il vient chaque année pour se procurer son mouton de Tabaski. Lui, par contre, trouve les prix abordables, par rapport aux années précédentes. Séance tenante, il s’est acheté un bélier à 75.000 francs CFA. Pour faire face aux réalités, certains commerçants suggèrent que le gouvernement finance l’élevage à travers l’ouverture de fermes, car de nombreuses personnes veulent pratiquer l’élevage mais ne disposent pas de ressources nécessaires.

Laisser un commentaire