Vélingara : Dans l’expectative des examens de fin d’année

A l’heure où l’on s’achemine vers la période des examens de fin d’année scolaire, le temps devient lourd et l’horizon se rétrécit de plus en plus pour les candidats. C’est surtout vrai pour les prétendants au Baccalauréat, par ces temps, noyés dans les pesanteurs de l’expectative.

A quelques jours du déroulement de la session normale du Bac dans toute l’étendue du territoire national, l’heure de vérité a déjà sonné. Pour ceux qui ont passé des nuits blanches à apprendre leurs cours et à s’entrainer en groupe de travail, la délivrance sur les copies d’examen s’annonce moins angoissante.

En revanche, pour ceux qui ont passé toute l’année à se scotcher sur leurs  téléphones en se connectant à longueur de journée et de nuit  via les réseaux sociaux, l’inquiétude règne. Seuls face à leur destin, ces derniers, une fois devant les épreuves, passeront de longues heures à méditer sur leur sort. C’est dire qu’il faut redoubler d’effort et apprendre à  ne  compter que sur soi-même et sur son intellect.

Nostalgie quand tu nous tiens !…En ces moments de grande inquiétude qui s’affiche sur la mine de nos jeunes candidats, l’on ne peut s’empêcher de revisiter le passé pour revivre l’intensité de la rage de réussir qui, au bon vieux temps, caractérisait les candidats au Bac.

A cette époque-là, la réussite était perçue comme un défi crucial à relever absolument. Aussi, décrocher le Bac – pour utiliser l’expression généralement consacrée de l’époque – était, d’abord et avant tout, une question d’honneur personnel. D’où tout le sens de la fameuse sentence ‘’le Bac ou l’exil !’’ déclamée par les candidats, avec toute la dose de défiance qu’il implique.

Hélas, de nos jours, ces mots ont apparemment tout perdu de leur sens. Avec cette génération consciente et conscientisée, cette hargne de réussite, pour se tailler une voie vers un avenir radieux n’est plus d’actualité. Et c’est bien dommage pour une nation qui aspire à l’émergence.

Laisser un commentaire