Vélingara : la cure salée, une valeur culturelle perpétrée de génération en génération chez les peuls

Vélingara : la cure salée, une valeur culturelle perpétrée de génération en génération chez les peuls

Dans les calendriers pastoraux des peuls du fouladou, les temps de pâture, ceux de déplacement et d’abreuvement se succèdent de façon quotidienne, mais d’autres faits importants rythment aussi la vie des troupeaux, selon Demba Baldé, un vieil éleveur résidant à Samé Batty, village de la commune de Saré Colly Sallé dans le département de Vélingara.

Il en est ainsi de la  complémentation des animaux en sel minéraux. Tout au long de la saison des pluies, « les vaches boivent goulûment de l’eau des cures salées » a indiqué ce sexagénaire connu pour son attachement et sa maitrise de la culture peul.

« Comme la plupart des éleveurs, les peuls savent quand leurs vaches sont en manque de sel. Ils identifient ce manque par les termes « nonoocu » (l’envie). D’une façon générale, « nonocu » désigne une envie non satisfaite chez les humains mais, à propos des vaches, il s’agit spécifiquement de l’envie de sel », a expliqué le vieux Démba dans un entretien accordé à Kewoulo.

« Lorsqu’elles ressentent un déficit en sel, les vaches adoptent un comportement inhabituel que les éleveurs peuls connaissent par cœur. D’habitude, les vaches meuglent de manière continuelle une fois qu’elles aperçoivent leur propriétaire au troupeau. C’est comme si les vaches l’interpellent »  a-t-il détaillé.

Conscients des besoins de leurs animaux en éléments minéraux, les éleveurs sont donc régulièrement préoccupés par la complémentation minérale de leur bétail. L’apport de compléments minéraux est vécu chez  eux comme un impératif pastoral.

Selon le vieux Demba, si un éleveur abandonne la cure salée, il y aura des vers intestinaux et des maladies qui vont affecter ses animaux ; si les vaches n’ont pas de complément, ça ne sert à rien de s’obstiner, cet éleveur n’aura plus de vaches comme il se doit.

Chez les Peulsla cure salée n’est pas seulement un soin apporté au bétail. Elle est aussi une valeur culturelle perpétrée de génération en génération.

De tout temps, la cure salée comporte du sel mais aussi des plantes ou des écorces utiles aux vaches, le tout étant mélangé dans des mangeoires remplies de l’eau d’une mare spécifique. Si les Peuls ne procèdent plus à un gavage des animaux, il s’agit toujours d’un « breuvage rituel » et la cure salée revêt le caractère d’une « fête des vaches » même si aujourd’hui elle est pratique de plus en plus dans la sobriété.

Les cures salées du bétail sont des moments importants dans les activités d’élevage. Ce qui fait d’elles une tâche pastorale qui mobilise tous les actifs familiaux, notamment les jeunes.

 

Laisser un commentaire