Vélingara : Au foirail de Diaobé, les acheteurs ne s’emballent.

 La fête de la Tabaski pointe à l’horizon. Elle se déroule cette année dans un contexte particulier, avec la pandémie de la Covid-19 et le début de la saison des pluies, donc en pleine période de soudure pour de nombreuses familles du département de Vélingara (sud). Conséquences : les moutons sont chers, et le pouvoir d’achat est en berne, a constaté le correspondant de Kewoulo à Kolda.

Sous un ciel nuageux  au foirail du marché hebdomadaire de Diaobé, le marchandage entre vendeurs et acheteurs battait son plein hier mercredi, alors que les intermédiaires communément appelé « bana-bana » ne cessent de spéculer pour tirer une grande marge de bénéfice.

Trouvé avec une dizaine de moutons de race « ndaama » (taille courte), Younoussa Diao est venu au foirail de Diaobé en vue d’écouler facilement ses bêtes. Chose qu’il n’obtiendra pas de sitôt. Pour l’instant, les clients qui viennent envers lui prennent le temps de marchander « Depuis 9 heures je suis là. Les clients ne font que marchander, et puis ils repartent.  Mais ils n’ont pas encore acheté. Je n’ai vendu aucun mouton jusqu’au moment où je vous parle », a-t-il déploré.

Présentement, les prix affichés par ses vendeurs font grincer les dents des acheteurs. D’après Younoussa Diao le mouton le moins cher coûte environ 60 000 FCFA, et les prix peuvent monter jusqu’à 200. 000 FCFA.

Dans ce foirail de Diaobé, les acheteurs ne s’emballent pas. Ils se donnent une chance et attendent encore le prochain mercredi pour voir si les prix seront revus à la baisse.

« Je suis venu chercher un mouton pour la fête de la tabaski.  Et voilà que je suis sur le point de rentrer bredouille. Les prix sont très élevés  et ne sont pas à ma portée. Maintenant je vais attendre les derniers jours, peut-être que les vendeurs de mouton  comprendront que nous sommes en période de crise sanitaire et que toutes les activités sont au point mort pour baisser leur prix, s’est lamenté Abdoulaye Baldé, un chauffeur de transport en commun, avant d’ajouter que « cette maladie a causé beaucoup de problèmes. Il n’y a pas de travail, il n’y a pas d’argent pour avoir un bon mouton bien nourri ».

Avec la dégringolade du pouvoir d’achat liee à la pandémie de la covid-19, la fête de Tabaski risquera d’être compromise pour beaucoup de père de famille dans cette partie du fouladou.

Laisser un commentaire