Urgent: le juge Demba Kandji ne reconnait pas le jugement de la Cedeao et expulse le public

Urgent: le juge Demba Kandji ne reconnait

Tremblement de terre au sein du palais de justice de Dakar. Le président du tribunal vient d’annoncer le rejet de la décision de la Cour de la Cedeao. Face au tollé suscité par cette décision de poursuivre le jugement de Khalifa Sall, il a fini par évacuer la salle.

Alors que l’on pensait que le juge Demba Kandji allait prendre acte de la décision de la cour de justice de la CEDEAO -qui a jugé arbitraire la détention de Khalifa Sall et condamné le Sénégal a lui payer des indemnités de 30 millions de F CFA-, le président du tribunal d’Appel de Dakar vient de donner une orientation claire et nette de ce que sera son verdict.

Alors que la Cour de justice de la Cedeao, constatant la non présence de l’avocat de Khalifa Sall lors de sa garde à vue à la section de recherches de Dakar, a jugé la procédure irrégulière; donc arbitraire la détention, le président du tribunal d’Appel de Dakar vient de marteler sa décision: il ne reconnaît pas la primauté de la Cour de justice de la Cedeao. Et a décidé de vider l’affaire arguant que des décisions similaires de la Cour de la Cedeao avaient été rejetées par d’autres Etats africains.

Faisant de ces comportements des jurisprudences, Demba Kandji a décidé de vider le dossier Khalifa Sall. Avant lui, c’est le procureur général Lassana Djaby qui  après avoir recommandé de suivre les indications de la Cour de la Cedeao en mettant fin à la détention arbitraire de Khalifa Sall a fini par une pirouette. Dans une lettre réquisitoire -le premier réquisitoire a été fait oralement et devant le tribunal-, il a requis la poursuite de la détention du maire de Dakar.

Face à cette situation, le public qui s’attendait à la libération immédiate de Khalifa Sall a crié son indignation dans la salle. Pour ramener de l’ordre dans le temple de Thémis, le juge Demba Kandji a ordonné l’évacuation immédiate de la salle. Comme s’ils n’attendaient que cet ordre, gendarmes et policiers présents dans la salle ont bousculé tout le monde dehors. Et le procés se poursuit sans le public.

Laisser un commentaire