Urgent: Deux des voyous du maire de Ourossogui sous les verrous, Moussa Bocar Thiam visé par la plainte de Kewoulo

L’affaire de l’agression du journaliste de Kewoulo envoyé spécial à Ourossogui a beaucoup évolué. Alors que les commandaires ont fui la cité de Sogui pour se réfugier à Dakar, les quidams qui ont servi dans l’agression de Sérigne Dione et de Moussa Dia ont été arrêtés par la gendarmerie. Ils seront présentés cet après midi au procureur de la République qui décidera de la suite à donner à l’affaire.

Comme promis par la hiérarchie de la gendarmerie  -à savoir qu’elle prendra le temps de procéder à une enquête impartiale et faire toute la lumière sur l’affaire de l’agression du journaliste de Kewoulo-, la machine judiciaire est en marche. A en croire des sources judiciaires, deux des voyous engagés par le maire de Ourossogui, pour agresser l’opposant Moussa Dia comme le journaliste Serigne Dione a qui ils ont cassé une caméra et du matériel de tournage, ont été arrêtés hier soir par la brigade de gendarmerie de Ourossogui.

Abdoulaye Pendeyel Sow et Baidy Bâ ont passé leur première nuit en garde à vue. Ils risquent de défiler cet après midi devant le procureur de la République auprès du parquet de Matam et poursuivi pour les chefs de coups et blessures volontaires, destruction de biens appartenant à autrui, voie de fait et entrave à l’exercice du travail de journaliste. Alors que ces deux quidams sont dans les liens de la prévention, les commanditaires de leur acte délictuel, a savoir Me Moussa Bocar Thiam et son frère Sileymane Thiam, eux, ont fui la cité soguienne.

A en croire des sources locales, ils se sont actuellement réfugiés à Dakar pour échapper à une arrestation qui, faite  à Ourossogui, serait très humiliante pour ces gens qui croient que tout leur appartient dans cette commune. A Kewoulo, la rédaction a commis deux des plus grands ténors du barreau de Dakar: Me Boubacar Cissé et Me Ciré Clédor Ly ont été choisis pour défendre la cause du journaliste molesté par le maire en personne aidé en cela par son frère et adjoint, Sileymane Thiam.

Pour rappel, parti faire un reportage dans le cadre des investigations menées sur la gestion de la mairie de Ourossogui, Me Moussa Bocar Thiam, accompagné de ses sbires, a trouvé le caméraman Serigne Dione en train de filmer la maison des femmes. Une belle infrastructure construite par l’ancienne équipe municipale et abandonnée par l’actuel pour des raisons purement politiques. Et, après avoir ordonné au journaliste d’arrêter de filmer, ses sbires se sont attaqués à Serigne Dione et à l’opposant, Moussa Dia. Pendant que Sileymane Thiam agressait Serigne Dione, c’est le maire qui lui a pris la caméra des mains pour la cogner contre le mur.

Ensuite, fort de leur supériorité numérique, les assaillants ont quitté les lieux, emportant avec eux le matériel de reportage de Kewoulo. C’est plus tard, et sur injonction du commandant de la compagnie de gendarmerie de Matam, dépêché à Ourossogui, que le maire, Moussa Bocar Thiam, a daigné remettre les objets cassés aux gendarmes. Et depuis lors, la condamnation de cet acte ignoble a été unanime. Le Sympics qui défend les interêts des journalistes s’est joint à Kewoulo pour se constituer partie civile.

 

 

Laisser un commentaire