Université Assane Seck de Ziguinchor : une institution, mille et un problèmes

Université Assane Seck de Ziguinchor :

Avec sa politique de décentralisation des universités, l’ancien président Me Abdoulaye Wade a permis à la région du sud de voir naître sa première université publique. C’est en  2007 que ce temple du savoir a accueilli ses premiers étudiants grâce à sa position géographique qui fait d’elle une institution stratégique du point de vue de l’intégration régionale. L’institution est, de plus en plus, prise d’assaut aussi par les «compatriotes» ouest-africains attirés par une certaine générosité naturelle et les conditions existentielle favorable qu’offrent la région sud du Sénégal. Conséquence, l’université traverse quelques difficultés qui méritent une réponse urgente. Compte tenu des chantiers qui n’en finissent pas. Reportage dans une institution en perpétuel construction.

Prévue pour accueillir  1500 étudiants, l’université Assane Seck de Ziguinchor est un refuse du monde. Elle a largement dépassé sa capacité d’accueil initiale. Aujourd’hui, ce sont plus de 7000 étudiants qui y poursuivent leurs études dans cette institution universitaire, la première du sud Sénégal. Sa proximité avec des pays frères de la Guinée-Bissau, la Guinée et la Gambie attire aussi les étudiants de ces pays limitrophes d’une part, mais aussi les autres pays de la sous-région qui viennent se faire former au Sénégal la choisissent d’autre part. Cette forte demande cache mal les mille et un problèmes auxquels doit faire face l’institution.

 La position géographique : un bel attribut du succès

Les conditions d’études à l’Université Assane Seck de Ziguinchor sont attractives, mais cela n’a pas toujours  été le cas au tout début. «Au début de l’année 2007, les étudiants des autres régions avaient refusé de venir poursuivre leurs études ici. Ce refus s’explique par plusieurs facteurs : les parents qui avaient peur de laisser venir leurs enfants en Casamance, à cause d’une situation de ni guerre, ni paix… Mais aussi les étudiants n’étaient pas informés des différentes opportunités de  formation offertes par cette université», estime Alfouseyni Diallo, étudiant en master 1 et originaire de la région de Kolda.

Mais avec l’expérience des premiers pensionnaires et le bouche à oreille aidant, d’autres étudiants ont été convaincus des bonnes conditions de formation dans cette institution. De facto, l’université est de plus en plus sollicitée par de nouveaux bacheliers. Et les problèmes vont crescendos.

 «Maintenant, le nombre d’étudiant a augmenté d’une manière exponentielle. Les amphithéâtres qui étaient construits ne peuvent plus contenir d’étudiants.  Pour les cas sociaux, la demande est supérieure à l’offre. C’est à Ziguinchor que l’on rencontre des étudiants sans tuteurs et qui parviennent à s’en sortir grâce aux amis. Mais aussi, la location n’est pas chère dans les quartiers environnants pour ceux qui ne sont pas logés».

A l’université  Assane Seck, les étudiants ont une faveur que nulle part ailleurs, selon notre interlocuteur. «Dans cette université, les étudiants ont la possibilité de voir leurs enseignants et de faire des cours de rattrapage. C’est ce qui a motivé les nouveaux bacheliers de la région et des autres à rester dans la ville», a expliqué Alfouseyni Diallo. Indépendamment des conditions naturelles intéressantes, le coût de la vie abordable, en l’occurrence l’alimentation et l’hébergement, l’université Assane Seck de Ziguinchor est devenue un pôle sous régional très prisé.

«Ici, la vie est simple et moins coûteuse. Nous formons une famille même si nous avons des cultures différentes, relève Hélène Gomes, étudiante Bissau-Guinéen.

 Située derrière l’aérodrome de la ville,  elle est construite à côté de l’hôpital psychiatrique de Kenya et du village d’enfants SOS. Auparavant ces deux structures étaient les seules constructions sur ce site. Mais  le temps passant, d’autres constructions ont vu le jour. Et le site  s’est peuplé  progressivement.

Confrontée à un effectif qui dépassent largement ses capacités, l’université se cherche encore. Le pire  c’est que les chantiers en cours  depuis des années, eux ne terminent presque jamais dans cette institution qui est le fleuron de l’enseignement supérieur du Sud du pays.

L’Université Assane Seck devenue régionale

Cette université est un creuset de brassage entre différents africains. «Dans ce temple du savoir, tous les pays de la sous-région y sont représentés. A part les Sénégalais, nous avons des  étudiants de la Guinée Bissau, la Guinée Conakry, du Mali, du Tchad, du  Bénin, du Togo, de la Tunisie, des Comores et même de la Gambie. Le fait de venir de pays différents n’est pas un blocage pour nous actuellement», a expliqué Hélène Gomes, étudiante Bissau-Guinéenne qui a dû prendre des cours de mise à niveau en français avant de suivre le tempo des cours.

L’université a eu plus beaucoup de naissance que de baptêmes

Malgré cette affluence, l’Université Assane Seck, ne remplit pas les conditions d’accueil de ce beau monde. Etant donné que certains enseignants quittent Dakar pour aller dispenser leurs cours  à Assane Seck, il arrive que pour cause de transport, ces derniers  ne soient pas au rendez-vous avec les étudiants.

Depuis la création de l’institution, le Gouvernement a construit 5 pavillons dont seuls 3 sont fonctionnels. Les deux autres sont encore en réfection. Il est fréquent de déceler des défaillances de circuits électriques et autres défaillances en plomberie. L’université ne dispose que d’une seule salle de  bibliothèque. Et pour 6.000, il n’y a que 500 places disponibles. Le gouvernement du président Sall avait promis la mise en fonction de certaines infrastructures avant le mois d’août passé.

A l’heure du numérique, force est de constater que les futurs cadres et intellectuels de l’institution sont complètement coupés du monde. Dans ce temple du savoir, les futurs dirigeants peuvent rester plus d’une semaine sans  connexion.  En  outre, les anciennes cartes bancaires de la Cedeao détenues par les étudiants sont fréquemment rejetées par les Gab

L’autre problème noté, c’est l’insuffisance de restaurants universitaires. En effet, il n’existe qu’un seul restaurant et qui ferme ses portes à 14 heures. Conséquence certains étudiants  rejoignent  les amphis, à jeun, malgré eux.

Sur  un autre plan, l’assainissement  du site laisse à désirer. Les eaux usées provenant des fosses septiques stagnent derrière certains pavillons. Le service médical semble n’exister que de nom  de l’avis des étudiants. D’ailleurs, la plupart des soins sont assurés par les éléments des sapeurs-pompiers. Heureusement que la caserne est toute proche de l’université.

Malang TOURE

Laisser un commentaire