Thierno Alassane Sall : « Un président ne doit pas s’engager dans des contrats à la fin de son mandat »

Thierno Alassane Sall

L’invité de l’émission Rfm Matin de ce mercredi 31 octobre 2018 était l’ancien ministre de l’énergie, Thierno Alassane Sall. Au cours de l’émission, entre autre sujets, il s’est prononcé sur le contrat relatif au fer de Falémé signé, à quelques mois des élections. Pour l’ancien ministre de l’Energie, un président, « à l’approche de la fin de son mandat, ne doit pas s’engager dans des contrats… ». L’affaire Petrotim a aussi été soulevé par nos confrères de la Rfm.

« Aujourd’hui, beaucoup de contrats ont été signés à la veille d’élections. Parmi lesquels ceux relatifs à l’or, le zircon… Tous ces contrats ont été signés à la hâte. Les contrats pétroliers ont été signés entre les deux tours… Comme ce fut le cas avec Abdoulaye Wade concernant Petrotim. Un contrat signé le 20 mars et antidaté le 17 janvier 2012 alors que Petrotim a été créé le 19 janvier. Et après l’alternance, le nouveau régime s’est lancé dans la continuité alors qu’il savait qu’il existait des zones d’ombre dans ce contrat… », laisse entendre Thierno A. Sall.

Et concernant l’affaire Petrotim et le cas Alioune Sall, il a donné sa version. « Je ne savais même pas que l’Inspection générale d’Etat (Ige) menait une enquête sur ce dossier. Même ceux avec qui j’ai eu à travailler sur ce dossier, lorsque la polémique s’est installée, je leur ai demandé. Ils m’ont affirmé qu’ils ne savaient pas que l’Ige était passée par là alors qu’ils ont, eux mêmes été saisis par les inspecteurs (…) Souvent on a un entourage qui sait ce qui se passe et qui vous cache des choses. Le cas Timis, quand la polémique a commencé, j’ai moi même investigué sur la question, et même sur cette base, personne ne m’a dit que l’Ige était de passage. Je suis le premier à avoir remis les contrats pétroliers aux journalistes… », se lave-t-il à grande eau.

Laisser un commentaire