Soupçons de corruption : Massata, les dollars, Obama et Pelé

Soupçons de corruption

Une nouvelle affaire sur la tête de Pape Massata Diack. Le fils de Lamine Diack, ex-président de l’Iaaf, est cité dans une affaire de corruption mettant en cause l’attribution de l’organisation des derniers JO (2016) à la ville de Rio.

Il est déjà impliqué dans le scandale de corruption et de dopage qui secoue le monde de l’athlétisme et vaut à son père une double mise en examen en France.

C’est le journal Le Monde qui donne l’information dans son édition d’hier, vendredi 3 mars. Le quotidien français «révèle qu’une société liée à un richissime homme d’affaires brésilien a versé, le 29 septembre 2009, trois jours avant l’élection de la ville hôte, 1,5 million (près de 1 milliard de francs CFA) au fils de Lamine Diack, alors président de la Fédération internationale d’athlétisme (Iaaf), la plus grosse fédération de l’olympisme, et membre du Comité international olympique (Cio)».

Le Monde poursuit : «Les magistrats soupçonnent des manœuvres destinées à acheter les votes de membres du CIO lors de la désignation. En France, une enquête préliminaire a été ouverte en décembre 2015 par le parquet national financier, qui travaillait déjà, depuis quelques mois, sur des soupçons de corruption à la tête de l’Iaaf.»

Ces manœuvres présumées auraient fait pencher la balance du côté de Rio. Ce, au détriment de Tokyo, Madrid et, surtout, Chicago, fief de Barack Obama. On était en 2009. L’Obamania n’avait pris aucune ride. Pour appuyer la candidature de sa ville, le Président américain s’était rendu avec son épouse, Michelle, à Copenhague, au Danemark, où avait lieu le vote.

Rien n’y fit. À la fin, Rio s’imposa. Lula et Pelé (en larmes) pouvaient jubiler. Et, si l’on en croit les «éléments concrets» de la justice française, dire merci à Massata Diack et Cie, qui auraient reçu des pots-de-vin.

Laisser un commentaire