Société: « Voici les raisons qui empêchent Karim Wade de revenir au Sénégal », Babacar Touré

L’histoire de la visite en préparation de Karim Wade à Conakry continue de crisper les relations entre le Sénégal et la Guinée. Si du coté de Conakry on ne dément pas l’information tout en soutenant que c’est le Premier-ministre, Kassory Fofana, qui a invité son frère Karim Wade, le journaliste Babacar Touré, directeur de publications de Kewoulo, revenu sur ces relations, a apporté de nouvelles révélations sur les obstacles qui empêchent le candidat déclaré du Pds de revenir au bercail.

Après que sa prochaine visite en Guinée ait été ébruitée, le candidat déclaré du Pds a décidé de prendre le lion qui dort, pardon le taureau par les cornes. Et redonner de l’espoir à ses troupes en perdition face à un chef qui depuis plusieurs années a déserté le terrain de la confrontation politique. Une fois de plus, depuis son exil dorée du Qatar, le fils d’Abdoulaye Wade a annoncé qu’il rentrera « bientôt » au Sénégal et fera face au candidat Macky Sall dont il dit être l’unique challenger à l’élection présidentielle de 2019. Bien avant cette énième annonce de Karim Wade, la rédaction de Kewoulo qui s’était penchée sur le sujet avait comme invité M. Babacar Touré, journaliste-écrivain et directeur de publication de Kewoulo.

Dans cet entretien exclusif accordé à Mariama Ka, l’auteur du livre Le triomphe de l’imposture, enquête sur l’Energie au Sénégal, a annoncé que Karim Wade ne viendra pas, de sitôt, au Sénégal. Pour le journaliste d’investigation, « Karim Wade a passé un accord avec l’Etat du Sénégal pour pouvoir recouvrer la liberté. Et, si légalement la grâce présidentielle a éteint toute action pénale à son encontre, les amendes infligées à Karim Wade pourront le conduire derrière les barreaux s’il mettait les pieds au Sénégal. » Pour étayer ses déclarations, Babacar Touré a déclaré que le paiement de l’amende de 135 milliards est assorti d’une contrainte par corps. « Si Karim Wade veut rentrer au Sénégal et participer à une élection présidentielle, il doit, d’abord, payer 135 milliards de F CFA. Sinon, il ira directement en prison. »

Pour l’invité de Mariama Ka, c’est pour régler les modalités d’exécution de cette contrainte par corps que le gouvernement avait envoyé un huissier de justice au domicile des Wade, à Dakar. « L’objectif est que l’huissier qui se présente au domicile puisse établir un procès verbal de carence. Avec ce document qui montre que Karim Wade n’a pas de moyens pour solder cette dette, les avocats de l’Etat pourront saisir le procureur de la République et aussitôt un mandat d’arrêt pourra être décerné à l’encontre du débiteur. » A expliqué Babacar Touré qui a affirmé par la même occasion que le père -Abdoulaye Wade- sait parfaitement ce qui attend son fils au Sénégal. « Mais, puisque Abdoulaye Wade est un homme de spectacle, il a décidé d’ameuter le pays, en parlant de saisie de son domicile. Alors qu’il sait parfaitement ce que l’huissier était venu faire chez lui« .

 

Laisser un commentaire