Société: Mor Ndiaye Bata, l’escroc multirécidiviste menace de tuer des journalistes venus l’interviewer

Au coeur d’un réseau familial d’escroquerie foncière, Mor Ndiaye Bata a donné rendez-vous à l’équipe d’enquête de Kewoulo pour donner sa version des faits d’abus de confiance que lui reproche une victime. Mais, une fois face aux caméras de la rédaction de Kewoulo, le nonagénaire a changé de discours et menacé de casser du journaliste. Reportage.

Samedi 17 mars. Nous sommes à Guédièwaye, dans la banlieue dakaroise pour y retrouver un célèbre promoteur immobilier accusé d’avoir, avec ses enfants, pris 18 millions à un Sénégalais établi en France pour l’achat d’un terrain qu’il n’a jamais reçu. Et cela, depuis plusieurs années. Et, ses nombreuses interpellations, pour rentrer dans ses droits, suivies de la multitude d’engagement -par Mor Ndiaye Bata- de lui restituer son bien n’ont rien permis. Las de patienter, Alphousseynou C. a saisi la justice par le canal du commissariat central de Guédiéwaye. Et depuis lors, le dossier dort dans les tiroirs de la police comme l’ont été avant lui de nombreuses autres plaintes de victimes qui s’en sont remis à Dieu.

Après plusieurs jours d’enquêtes et de recoupements effectués dans différents commissariats de police de Dakar comme dans des brigades de gendarmerie territoriale, nous avons décidé d’aller -sur son invitation- à la rencontre de Mor Ndiaye Bata, un célèbre nonagénaire homme d’affaires et père de plusieurs dizaines d’enfants. Délinquant multirécidiviste, Mor Ndiaye Bata est un habitué du tribunal départemental de Dakar où il a été, en de nombreuses reprises, été attrait à la barre et condamné pour des faits d’abus de confiance, d’escroquerie foncière etc.

« La dernière fois que je l’avais vu au tribunal de Dakar, il était venu sur un fauteuil roulant. Et ses avocats avaient soutenu qu’il était gravement malade et risquait de mourir en détention. Même si le tribunal l’a condamné à une peine de prison ferme, vu son âge, –il est en 1925 NDLR- les juges n’ont pas décerné le mandat de dépôt à son encontre. »  A témoigné un officier de police judiciaire qui avait conduit l’enquête sur l’abus de confiance dont le plaignant n’est autre que Mor Ndiaye Bata, un artiste batteur de tam-tam établi en Espagne et homonyme du célèbre malfaiteur de Guédiéwaye. « Je pense qu’un homme qui n’a pas hésité à escroquer son homonyme n’épargnera personne« , a-t-il conclu.

Comme par hasard, cet homme connu de presque tous les commissaires de police ayant servi dans la région de Dakar -au cours des 20 dernières années- est toujours en activité vendant des terrains qui ne lui appartiennent pas. Et cela en complicité avec des fonctionnaires de l’Etat comme avec le maire Sam Notaire Abdoulaye Diop Gaucher qui lui légalise tous les jours ses actes de vente alors qu’il n’ignore ni la réputation de l’homme ni ses faits d’armes ni l’inexistence des terrains en question.

A en croire des officiers de police judiciaire ayant eu affaire à ce personnage bancal et falot, « Mor Ndiaye est protégé par de hautes personnalités de Touba. En fait, Mor Ndiaye Bata c’est avant tout un dignitaire mouride. Et ce sont des marabouts qui sont derrière lui. Ils ont toujours activé leurs réseaux au tribunal pour éviter la prison à l’homme. » Comme avec ces officiers de police judiciaire, la réputation de l’homme s’est déjà faite à Guédiéwaye. Et le voisinage s’est habitué à voir défiler les plaignants venus réclamer des terrains achetés aux vieux et jamais livrés.

Arrivée au marché Boubess de Guédiéwaye, vers 11 heures, l’équipe de Kewoulo n’a pas mis du temps à retrouver le domicile de Mor Ndiaye Bata. Alors qu’on pensait devoir rencontrer un vieux grabataire, handicapé moteur ne se déplaçant que sur un fauteuil roulant, nous avons été surpris de voir le sulfureux promoteur immobilier sur ses jambes tentant de tirer de tirer d’affaire un de ses camions chargé d’un conteneur venu d’Europe et embourbé dans le sable mouvant de Guédiéwaye.

Arrivée à sa hauteur, l’équipe de Kewoulo s’est présentée au vieux escroc. Mais, contrairement à ce à quoi il s’était engagé, c’est à dire nous rencontrer et nous dire sa part de vérité sur les nombreux dossiers d’abus de confiance auxquels il est mêlé, Mor Ndiaye Bata s’est rebiffé. « Je n’ai de temps à vous consacrer. Je ne vous parlerai pas. » A décidé le parrain.

Comme s’ils  n’attendait que ce signal, un puis deux, puis trois de ses enfants entrent dans la danse. « C’est notre père, vous n’avez pas le droit de l’interroger. Partez d’ici tout de suite sinon on va vous tuer. » Ordonnent-ils aux journalistes encerclés par le clan Ndiaye Bâta. Alors que l’on s’attendait à ce que le nonagénaire dissuade ses enfants d’agir de la sorte, le vieux se jette dans la marre. Empoigne un des journalistes de Kewoulo et le menacé de mort. « Si vous revenez ici, on va tous vous tuer. » Choqués par le désolant spectacle qui s’offre à leurs yeux, des voisins interviennent et extirpent les journalistes de Kewoulo.

« C’est parce que vous ne connaissez pas cette famille que vous êtes venus ici. Ces gens-là n’hésitent pas à s’attaquer physiquement à des policiers armés. Même pour leur amener une convocation, les policiers de Guédiéwaye sont obligés de venir à plusieurs. Et en civils. Alors, de grâce ne revenez plus ici. » Ont conseillé les voisins. Extrait de ce guêpier, l’équipe de Kewoulo a informé le commissaire central de Guédiéwaye. Mais, elle n’a pas jugé utile de porter plainte. Elle a décidé de continuer son enquête.

Affaire à suivre…

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire