Société: Mariama Sagna de Pastef a été étranglée par des charretiers

Crime crapuleux sur fond de querelles pécuniaires ou exécution politique déguisée, l’affaire Mariama Sagna continue d’occuper les débats à Keur Massar. Alors que la famille était, hier, réunie pour faire le deuil de sa fille, la nouvelle de l’arrestation d’un suspect a fait le tour du quartier. Et les Sagna, résignés dans leur malheur, s’apprête à conduire leur fille au pays natal, auprès des leurs. Loin des querelles de palais.

Dimanche 7 octobre. Il est 14 heures dans la banlieue dakaroise. Et, alors que la section de recherches de la gendarmerie est déjà sur place, depuis la découverte du corps du douanier, Cheikhou Sakho, le climat social est lourd de suspicions. Même si ça ne cafte pas dans tous les sens et que la petite brigade de Keur Massar ne reçoit pas des dénonciations tous azimuts, les voisins, eux, continuent de radoter. De se surveiller du coin de l’œil. Pendant ce temps, à l’unité 4 des Parcelles Assainies, les Sonko sont résignés et se fient à Allah. Et attendent impatiemment que les médecins légistes de l’hôpital Aristide Le Dantec veuillent bien leur remettre le corps de Mariama Sagna, tuée dans la nuit de samedi alors qu’elle revenait du meeting du leader de Pastef qu’elle avait organisé dans le quartier.

Originaire du village de Kagnobon, Mariama Sagna est orpheline de mère. Épouse de militaire, elle s’était toujours tenue loin de l’arène politique jusqu’à ce que apparaisse un homme qui porte ses convictions: Ousmane Sonko. Ses espoirs, aussi. Et lorsque cet homme qui semble de plus en plus gagner la sympathie et l’adhésion de la jeunesses à son projet national porte le patronyme de son mari et est de la même région que son époux, Mariama est plus que convaincue de son choix. Désormais, c’est elle qui prêche pour le Pastef, dans le coin. « De commerce facile et pétrie de qualités« , selon des témoignages recueillis auprès de son oncle, Ousmane Sagna, Mariama est aussi mère de 3 enfants. Dont l’ainée, âgée de 12 ans, fera cette année son entrée en 6 ème, sans sa mère. « Issue d’une famille de croyants et d’un père rempli de dignité« , selon les propos du mari de l’ainée des Sagna, Mariama vivait modestement dans un appartement de location et n’avait jamais fait parler d’elle dans le quartier.

Ce samedi 6 octobre, c’est tôt le matin qu’elle a fait le rappel de ses troupes pour préparer la venue de son champion dans son fief. Et pour la logistique, elle a fait sortir ses fauteuils pour les mettre sur le présidium. C’est sur l’un de ses fauteuils qu’était assis le président de Pastef lors de cette fameux meeting. A la fin de la rencontre, lorsque les responsables de Pastef sont repartis et que chacun a commencé à récupérer son bien, des charretiers sont venus prendre les meubles de Mariama. Suivis de la maitresse de maison, ils ont livrés les fauteuils intacts. « Mais, sans que l’on sache ce qui est arrivé, ils ont pris le téléviseur du salon. Fouillé son armoire et l’ont tué« , a déclaré Mme Khady Lama, sa soeur par alliance. Étranglée devant un de ses enfants, le corps de Mariama Sagna a été abandonné dans son lit. Ensuite, des témoins ont raconté, sous anonymat, avoir aperçu une charrette quitter le quartier à toute allure, « emportant un téléviseur. »

Dépassé la phase de panique, c’est cet enfant qui aurait donné l’alerte. Ensuite, des adultes ont relayé l’information. « On a appelé son mari qui était sorti avec un de ses jeunes frères gendarme pour lui dire le drame qui venait de se dérouler chez lui. » A confié Ousmane Sagna. Bien que choqué par la nouvelle, le militaire Lamine Sonko a répliqué chez lui. Stoïque et digne. Et s’est occupé de son enfant, témoin des faits; le temps que les gendarmes ne rejoignent le domicile pour démarrer la phase enquête. Arrivés vers les coups de 23 heures, ce n’est qu’au petit matin du dimanche que les gendarmes sont repartis; emportant avec eux le corps de Mariama Sagna. Qui, à bord de l’ambulance des Sapeurs Pompiers, a quitté, pour la dernière fois, son foyer et son fief. Acheminé dans la morgue de l’hôpital Aristide Le Dantec, elle a subi une autopsie.

Et, au moment où ces lignes sont écrites, les familles attendent de récupérer le corps pour son ultime voyage. Vers Kagnobon, au pays de leurs ancêtres. Là où vit toujours le père de Mariama, un homme alité et âgé qui n’a d’espoir que de savoir les meurtriers de sa fille entre les mains de la justice. ça tombe bien, à Keur Massar les gendarmes ont beaucoup avancé dans leurs investigations. Comme s’ils en avaient besoin, pour se consoler, les Sagna ont, hier, appris l’arrestation d’un suspect. L’homme, interpellé au quartier Aladji Pathé, est un charretier. Il est, depuis dimanche matin, auditionné par les gendarmes de la petite brigade de Keur Massar épaulés par un détachement spécial de la Section de recherches de Colobane. Et au vu de la sensibilité de cette affaire -responsable politique au moment où son leader est accusé d’appartenir à une mouvance terroriste- et la qualité de la victime -épouse de militaire- le dossier risque d’être bouclé plus tôt qu’on ne pourrait le croire. C’est le souhait des populations de Keur Massar lassées par la mauvaise publicité que tous ces meurtres font de leur quartier.

 

 

Laisser un commentaire