Société: Diaar Diaar, au cœur des longues nuits blanches d’une épouse délaissée

Diaar diaar. J’aurais voulu l’appeler autrement pour vous parler du traumatisme que je vis. Celui de mon divorce. Et aimerais vous parler de la nostalgie de ces paroles qui, malgré le temps, continuent d’avoir l’effet d’un baume sur ce cœur balafré qui continue de battre dans ma poitrine. J’aurais aimé vous raconter l’ambiance de ces fous rires intempestifs, lâchés au cours de nos moments de complicité, pendant que nous étions seuls dans ce salon jadis trop petit pour nous. Et  qui est devenu, aujourd’hui, trop grand pour mon enfant et moi. Mais, hélas. Mille fois hélas.

Aujourd’hui, dans ma tête, il n’y que les souvenirs de ses blagues qui, même si elles n’étaient pas drôles, finissaient par me faire rire aux larmes. Enfouis dans ma tête et dans mon coeur, il ne reste plus que les ruines de ces nuits blanches, de ces volatiles et chaleureux moments que nous partagions lorsqu’il me promettait le nirvana. Ces instants qui, hier, étaient intenses sont, aujourd’hui, devenus furtifs.  Lointains. Ne me laissant en lots de consolation que le souvenir de les avoir vécu. Intensément. Pleinement. A l’ivresse.
Et lorsque je suis profondément plongée dans mes souvenirs, voilà que surgissent ces mêmes lancinantes questions auxquelles je n’ai jamais réussi à trouver de réponses consolatrices: « Pourquoi tu m’as laissée dans ce puits si profond? Pourquoi m’as tu abandonnée dans cet abime si noir? Pourquoi es-tu parti alors que je ne suis entourée que par un tunnel vide, froid ?« 
L’hideux visage d’un amoureux qu’on croyait connaitre
Il m’avait caché les balafres de son visage. Et lorsque j’ai découvert qui il était, je n’ai pas compris comment j’ai pu passer autant de temps avec cette incarnation satanique. Cet homme qui, comme ce monstre des forêts tropicales, vient toutes les nuits hanter mon sommeil. Je lui avais pourtant tout donné. Je lui offert tout ce qu’une femme éprise pouvait donner à son homme. Sans retenue, sans chichi, sans arrière pensée. Plus que mon cœur, je lui avais confié mon âme. J’aurais volontiers ouvert mes veines, pour lui, s’il me l’avait demandé. Je me serai vidée de mon sang pour lui faire plaisir.
Que pouvais-je lui refuser après lui avoir offert ce qui est le plus cher chez une femme: ma chasteté. Avec lui, je n’ai jamais triché.  J’ai été entière et généreuse pour tenir mon ménage. J’ai été une épouse entière comme nous, femmes, savons l’être lorsque nous sommes follement amoureuses. J’ai été soumise à mon mari, chaleureuse à ses moindres désirs, naturelle dans notre intimité, naïve à croire ses promesses et ses mensonges. Et, jamais, il ne m’était venue à l’idée de lui être infidèle; il en est ainsi même après son départ de notre foyer. Pardon, de mon foyer depuis ce fameux soir que je l’ai regardé claquer la porte de mon appartement, pour la dernière fois.
 
Le point d’achoppement 
 
Avec lui, j’étais prête à relever le défi de devenir la Mame Diarra, la Mame Fawade Wélé  de ce 21eme siecle. Ce siècle si difficile à conserver les véritables valeurs culturelles, sociales et religieuses léguées par nos aïeux. Oui, j’étais prête à tout malgré les obstacles de cette vie citadine qui était désormais nôtre. Même si je suis moderne, dans mon habillement et ma pensée, je suis restée ancrée dans mes racines. Et pour lui, j’ai renoncé à tous mes droits, me forçant à m’acquitter strictement de mes devoirs: celui d’épouse, de mère, de sœur aux cotés de mon homme. Pour le soutenir, l’épauler. Tout le temps, toute la vie.
Malgré mon agenda de chef d’entreprise, j’avais un emploi de temps infaillible pour lui. Il passait avant tout. Et tout le monde. Je ne voulais qu’une seule chose: le rendre heureux. Accepter tous ces caprices et respecter ses dires. Et, avec le temps, je ne cesse de m’interroger sur le point sur lequel j’ai échoué. Mon point d’achoppement. J’ai cherché encore et encore, mais je n’ai jamais rien trouvé. Je crois avoir réalisé tout ce qu’il désirait,  chercher à lui fournir tout ce à quoi il a pensé sans même qu’il me l’ait demandé. Parce que, dans ma tête, c’est moi qui l’avais cherché et trouvé, mon homme. J’avais appris à le comprendre et je voulais connaitre, par coeur, ses moindres désirs pour pouvoir les satisfaire.
Je le voulais grand et riche, mon homme. Je voulais comblé, épanoui et conquérant. Je croyais tout connaitre de lui. Et, alors que je pensais avoir conquis mon mari, me voila rappelée à l’évidence que personne ne peut prétendre connaitre son homme. Aucune femme ne doit dormir sur ses lauriers, après avoir conquis un compagnon de haute lutte et lui avoir consacré autant de sacrifices. Depuis son départ, 3 longues années sont passées. Mais, je n’arrive pas à croire que c’est lui qui m’ait dit ses mots si atroces, si durs à l’oreille. Ces ignominies qui, malgré le temps, continuent à retentir comme le rebond d’une balle de tennis dans mon cerveau. Ses phrases assassines qui ont anéanti l’estime de mon moi.

Laisser un commentaire