Société: Annoncé au Sénégal, Karim Wade attendu par la prison la plus proche de Diass

Société: Annoncé au Sénégal, Karim Wade

Comme évoqué par Babacar Touré dans un de ses derniers entretiens avec la rédaction de Kewoulo, le sort de Karim Wade dépend désormais de sa seule décision de vouloir rester en liberté à l’exil ou de venir vivre isolé au Sénégal, enfermé dans une des prisons sénégalaises. Le procureur a ordonné son arrestation et sa conduite en prison dès qu’il franchira les frontières nationales.

Hier, au même moment où la liste des candidats retenus pour la future présidentielle de février 2019 était publiée, une note confidentielle a été envoyée à tous les postes de la police sénégalaise aux frontières. A en croire des confidences de sources judiciaires, le procureur spécial de la Crei a émis un mandat d’arrêt international à l’encontre du fils de Abdoulaye Wade reconnu coupable d’enrichissement illicite. « La PAF a reçu commandement de procéder à l’arrestation de Karim Wade et à son dépôt dans la prison la plus proche de l’aéroport« . A confié une source policière.

Condamné récemment à 5 ans de prison ferme et au paiement d’une amende de 138 milliards, le fils de Abdoulaye Wade – qui avait bénéficié d’une grâce présidentielle obtenue après de longues tractations entre le Sénégal et le Qatar- vit depuis plus d’une année à Doha. Candidat déclaré du Pds à la future présidentielle, Karim Wade joue depuis plusieurs mois à un jeu de yo yo annonçant, chaque mois, l’imminence d’un retour au bercail que les militants attendent impatiemment. Et, l’annonce de la dernière destination qui devait accueillir Karim Wade avait suscité de nombreuses controverses au Sénégal et poussé les Guinéens à faire des sorties pour faire comprendre à l’opinion que « c’est le premier ministre, Kassory Fofana« , un ami de la famille Wade et non le président Alpha Condé, qui a décidé d’apporter son soutien au pestiféré du palais de Dakar.

Dans un entretien accordé à la rédaction de Kewoulo, Babacar Touré, le directeur de publication du premier site d’investigation en Afrique, avait déclaré que le régime préparait un mandat d’arrêt à l’encontre de Karim Wade. « L’huissier envoyé chez Abdoulaye Wade au point E n’était pas venu pour saisir la maison du Pape du Sopi. Il y était venu constater l’insolvabilité de Karim Wade à payer les 138 milliards que la Crei lui a infligé comme amende. Le régime n’a besoin que d’un Procès verbal de carence qui montre qu’aucun bien de Karim Wade -estimé à 135 milliards- n’a été trouvé. Avec ce PV, les avocats de l’Etat peuvent se rendre auprès du procureur pour obtenir l’émission d’un mandat d’arrêt international; puisque le débiteur, Karim Wade, est sous le coup de la contrainte par corps au maximum, en cas de non paiement. »

Moins d’un mois après la sortie de Babacar Touré, c’est l’annonce de la non candidature de Karim Wade à la future présidentielle qui vient accélérer le processus avec l’émission de ce mandat d’arrêt. Comme Karim Wade, son complice Bibo Bourgi est concerné par la même procédure.

Alors que le Pds réclame son retour et soutient mordicus que lui et personne d’autre ne sera son candidat à la présidentielle, il appartiendra à Karim Wade de décider de son sort. Prendre le risque de débarquer à Dakar et se retrouver en prison, le temps que ses partisans obtiennent sa libération par la force de la rue et se tailler un costume de farouche opposant, maître des masses comme l’a été son père? Ou bien, continuera -t-il d’éviter la confrontation politique, confortablement planqué chez les arabes à envoyer emails et SMS, s’il ne s’active simplement pas via WhatsApp à promettre le paradis aux Sénégalais?

Laisser un commentaire