Société : « Adresse à Sahara-Ba » fait le portrait du « nouveau type » d’Africain

Société : "Adresse à Sahara-Ba"

A la maison de la Culture Douta Seck a eu lieu la cérémonie de présentation du livre intitulé « Adresse à Sahara-Ba. Ou ainsi parla Roi Djadjoussirah de FAGNAAM : Les bases d’une nouvelle conception traditionnelle post moderne du monde » de son Excellence Louis Alphonse Jacques Sarr (LAJS) plus connu sous le nom de Sarromaadh. La cérémonie a eu lieu ce Samedi 04 Août 2018 à 10h. Ce livre s’adresse à Sahara-Ba qui sonne l’heure. Il s’agit ici de l’heure du réveil de la conscience en perspective du couronnement de l’histoire par la renaissance africaine, et au-delà, la renaissance universelle.

Un an après la disparition de Louis Alphonse Jacques Sarr, Khadim Diop l’administrateur de la maison d’Edition Sebremon, a pu publier, de ses propres moyens, cet ouvrage posthume de Sarromaadh. Ce dernier qui a publié deux autre ouvrages, est décédé en juillet 2017 ; laissant ainsi une œuvre inachevée à savoir « Adresse à Sahara-Ba ». Mais pour le professeur Malick Ndiaye, « Sarromaadh n’est pas mort » tout en faisant référence à l’adage qui dit « les morts ne sont pas morts. Est mort, celui dont après sa disparition est passé aux oubliettes. Or tel n’est pas le cas avec Sarromaadh car ses œuvres sont ici ». Et au Pr Ndiaye d’ajouter que « ce livre ne doit pas être seulement entre les mains des Sénégalais car il est de dimension internationale. »

En effet, ce livre revient de la manière la plus exhaustive et la plus avant-gardiste sur cette lancinante question de la renaissance africaine et de la singularité du fait d’être noir dans cette donnée culturelle mondiale.

Telles sont les interrogations qui interpellent, toutes les catégories sociales, socioprofessionnelles et socioculturelles de notre société à travers les interpellations de nos plus hauts « intellectuels », de nos  universitaires, des traditionnalistes ; bref de l’africain lambda qui sont « à la  quête du véritable sens de leur existence et idiosyncrasie ».

Et quant à l’africain lambda qui se départisse de ses lunettes que l’occident lui a prescrit l’obligeant à orienter son regard sur des perspectives d’avenir déjà tracé pour lui même (nous faisons référence à ce monde « matériel » vide de sens). Car il faut bien l’admettre « ce n’est pas parce qu’on est aveugle que la lumière n’existe pas » autrement dit il ne faut pas s’enfermer dans son ignorance et en faire une profession de foi.

Nous pouvons retenir de cet ouvrage publié à titre de posthume mais cependant, l’oeuvre de Sarromaadh est si  intemporelle que nous osons reprendre ces paroles en affirmant en Sérère que : « Yaal mbind né dané ka diale a wondoxe »

 

Laisser un commentaire