Seydou Gueye Apr : « Il n’y a pas de dissension à l’Apr, ce qui se passe justifie tout simplement la vitalité du parti… »

Seydou Gueye Apr : « Il n’y a pas de dissension à l’Apr...

0
8

Ils ont voulu rectifier ceux qui notent des désaccords dans le camp de leur parti politique. Seydou Gueye, et ses camarades ont justifié ces quelles…

L’on note des remous dans les rangs du parti au pouvoir, l’alliance pour la république, (APR). Aliou Sall qui dit-on défier l’autorité du président de la République qui le dissuader de ne pas être tête de liste départementale en vue des prochaines législatives prévue le 30 juin prochain.

Sauf que le maire de Guédiawaye qui acceptait de se retirer, était revenu sur sa décision en acceptant son investiture par ses paires dans sa localité, Guédiawaye. «Nous avons investi à l’unanimité comme tête de liste départementale le camarade Aliou Sall, maire de Guédiawaye, coordonnateur de ladite coalition, mais également rassembleur et source d’équilibre de Bby. Enfin, l’Ag maintient l’investiture du camarade Aliou Sall, réaffirme son attachement à ce dernier et décide de poursuivre le travail politique sous sa direction », ont déclaré les camarades de Aliou Sall, par ailleurs l’édile de la ville de Guédiawaye.

Une telle posture du frère du président de la République avait indisposé plus d’un dans le camp de l’Apr. A cela s’ajoute, les bagarres relatés dans la presse lors d’une manifestation à Sangalkam entre deux leaders politiques de cette même localité. Omar Sarr jouait même au Sapeur-pompier.

Ce sont là entre autres dérives dans les rangs du parti de Macky Sall. Mais, Aujourd’hui, Abdou Mbow, Seydou Gueye, Yakham Mbaye, ont plaidé le contraire pour raffermir les liens entre camarades de même parti. Par la voix de leur porte-parole du jour, ils nient : « il n’y a pas de dissensions dans les rangs de l’Apr, comme nos adversaires.  Ce qui se passe justifie tout simplement la vitalité du parti. Dans n’importe quel parti qui marche normalement, on peut noter des mésententes parfois. Et c’est ça aussi la démocratie. Ces querelles se justifient par le fait que chacun se sente concerné et veut bien développement son savoir-faire pour le bien du parti. Il y a aussi les égos. Il n’y a pas une crise d’autorité. »

Aussi, Seydou Gueye et ces camarades réunis dans leur siège, ce vendredi, trouvent qu’ « un parti politique ne se manage pas seulement par le chef de parti. C’est vrai qu’il y a des dérives verbales, des voix qui se lèvent. Mais c’est normal et logique pour un parti qui se développe et qui vit ».

Laisser un commentaire