Assassinat à Pointe Noire : un Sénégalais retrouvé mort ligoté dans sa boutique

Assassinat à Pointe Noire

C’est dans la consternation que les Sénégalais de Pointe Noire se sont réveillés hier, mardi 24 juillet. La découverte du corps d’un jeune commerçant a choqué plus d’un Sénégalais.

Il est 7 heures du matin lorsque le Consul général Issa Baba Wagué a été saisi par le président de la communauté sénégalaise. Après avoir été alerté tôt le matin de la découverte macabre du corps d’un de nos compatriote, M. Kalidou Bony Sow a immédiatement informé le consul de l’assassinat d’un compatriote nommé Alassane Bâ.  Né en 1990, la victime retrouvée dans sa boutique au quartier Siafoumou est originaire de Aéré Lao.

Arrivé sur le lieu du drame,  le consul a aussitôt pris contact avec les agents de la police du quartier.  Du rapport de la police, il a été constaté que « c’est aux environs de 23h que la victime a été agressée dans sa boutique, ligotée et étranglée. » Sortie en opération de sécurisation, une équipe de policiers a, aux alentours de 23h30, interpellé un homme chargé de marchandises sur la tête.
Interrogé sur la provenance de cette marchandise, l’homme a été incapable de justifier l’origine de son chargement. Alors qu’un flou total persiste sur la suite des échanges entre les policiers et le présumé voleur, des coups de feu sont partis atteignant mortellement  l’homme. Il est abandonné sur place.
Au même moment, cette brigade est informée du braquage du commerce du jeune sénégalais. Alors, les policiers qui venaient d’abattre celui qu’ils ont considéré comme un malfaiteur se sont rendus sur le lieu du vol.
Sur place, ils constatent, inerte, le corps du jeune commerçant sénégalais dans la chambre, une corde au cou.
Automatiquement, le chef de la brigade fait le rapprochement avec l’homme qu’ils venaient d’abattre. Et les policiers retournent sur le lieu de la fusillade.
Malheureusement, le corps qu’ils avaient abandonné sur place n’y était plus. Ayant terminé leur constat d’usage, les policiers quittent le lieu en laissant le corps d’Alassane Bâ sur place.
C’est ainsi que le Consul général et l’imam Tall ont fait venir l’ambulance et acheminé le corps à la mosquée sous la responsabilité de l’imam; puisque les parents du défunt sont absents.

Laisser un commentaire