Sénégal: Plus de 3000 malades mentaux errent dans les rues

Sénégal: Plus de 3000 malades mentaux

Le chiffre est alarmant. Le nombre de malades mentaux qui traînent dans les rues dépasse les 3000, selon Ansoumana Dione, président de l’association sénégalaise pour le suivi et l’assistance aux malades mentaux (Assam). En marge de la célébration, ce 10 octobre, de la Journée mondiale de la santé mentale, il a remis un mémorandum au ministre de la Santé et de l’action sociale.

Le chiffre est alarmant. Le nombre de malades mentaux qui traînent dans les rues dépasse les 3000, selon Ansoumana Dione, président de l’association sénégalaise pour le suivi et l’assistance aux malades mentaux (Assam). En marge de la célébration, ce 10 octobre, de la Journée mondiale de la santé mentale, il a remis un mémorandum au ministre de la Santé et de l’action sociale.

Il s’agit de malades mentaux qui n’ont aucune assistance. Des personnes exposées à toutes sortes de dangers, parce qu’elles vivent dans la rue. Or, tout ce dont elles ont besoin, c’est d’une prise en charge, selon Ansoumana Dione. Le président de l’Association sénégalaise pour le suivi et l’assistance aux malades mentaux (Assam) s’indigne de plusieurs phénomènes de perdition, dont sont victimes ces malades mentaux errants.

« Ils sont enlevés, ils mangent n’importe quoi dans les rues. Alors que le plus important, c’est de les aider à retrouver leur santé mentale en les soignant », dit-il.

La maladie mentale est à prendre au sérieux, ajoute Dione : « Tout le monde frôle la maladie. Les sénégalais sont stressés, angoissés à cause des soucis de la vie. Donc, la question est primordiale. »

Un mémorandum a été remis au ministre de la Santé et de l’Action Sociale, Abdoulaye Diouf Sarr. Sept points essentiels composent le document, entre autres, l’intégration des soins de santé mentale dans le système sanitaire, la gratuité de certains médicaments nécessaires pour le traitement, l’ouverture d’une filière à l’École nationale de développement sanitaire et social (Endss) pour la formation des techniciens supérieurs en santé mentale.

Laisser un commentaire