Senegal : La lutte traditionnelle pour un raffermissement des liens dans l’espace CEDEAO

0

 

 

En prélude à la 8ème édition du tournoi de lutte traditionnelle africaine prévue du 12 au 14 mai, le président du Comité National de Gestion de la lutte (CNG) Alioune Sarr, en partenariat avec le président du Centre de développement de la jeunesse et des sports (CDJS) de la CEDEAO, Francis Chuks, a tenu une conférence de presse, hier, jeudi 11 mars, à la maison de la presse. 

«Avec seulement 3 états dont le Nigeria, le Niger et le Burkina Faso (sans le Sénégal, Ndlr) lors de sa première édition en 2003 à Niamey, le tournoi de lutte traditionnelle de la CEDEAO en est 14 pays participants en 2017», renseigne le président du CDJS.

Renseignant sur le pourquoi de cette augmentation du nombre de pays participants, le président du centre de développement de la jeunesse et des sports de la CEDEAO, dira : « nous savons demain que la fête sera belle parce que la presse transmettra l’information à la population. On nous appelle chaque fois depuis l’étranger pour nous dire qu’on voit le tournoi à la télé. Les équipes qui y participent sont logées, prises en charge, en plus 6 billets d’avions sont offerts à chaque délégation». Toutefois, Francis Chuks a déploré la restriction de la lutte africaine à l’espace CEDEAO et souhaite qu’elle soit élevée au rang de sport olympique. «Notre tâche, c’est de faire en sorte que la lutte africaine puisse être pratiquée au niveau olympique».

Quant au président du CNG, Alioune Sarr, il est revenu d’abord sur le déroulement du tournoi de lutte de ce vendredi à 16 heures. «Nous allons démarrer par des compétitions par équipe. Toutes les équipes se présenteront avec 5 lutteurs dans les catégories suivantes : 66k,76, 86, 100 et 120 kg», a-t-il déclaré.

Par ailleurs, le président Sarr a lancé un appel aux jeunes pour à la fois réussir le pari de la mobilisation mais aussi pousser l’équipe sénégalaise vers la victoire comme les fois précédentes. «Je lance un appel à notre jeunesse pour se présenter tôt au stadium Iba Mar Diop, pour accompagner notre sport, la lutte africaine qui a été choisie par la CEDEAO comme sport de la communauté pour le rapprochement des peuples, mais aussi pour accompagner l’équipe du Sénégal», a-t-il indiqué.

Le président du CNG a par ailleurs appelé les lutteurs au fair play afin de mener à bien ce tournoi « il faudrait que le fair-play soit à tout instant notre credo. Comme je l’ai dit aux arbitres hier, les lutteurs sont bien formés, ils vivent ensemble depuis quelques jours, souvent les climats de suspicion qui font que nous ayons des doutes sur le terrain vont disparaitre parce qu’ils vont mieux se connaitre ».

Laisser un commentaire