Sénégal: Interpellé pour recel, Mamadou Diop meurt entre les mains des policiers

Après les affaires Dominique Lopy tué à Kolda, Elimane Touré torturé à mort à Yeumbeul, la police sénégalaise est à nouveau indexée dans une affaire de tortures ayant entraînée mort d’homme. Cette fois-ci, c’est un commerçant, interpellé à son domicile, qui a été déclaré mort alors que sa chambre -qui porte de nombreuses traces de sang- est retournée dans tous les sens. Accusée de meurtre, la police garde le silence et dit attendre les résultats de l’autopsie.

C’est une horrible affaire de torture effectuée par des agents assermentés que le directeur général de police aimerait ne pas voir inscrit sur le bilan de son passage à la tête de l’institution policières du Sénégal. Dans la nuit du mardi au mercredi, un commerçant, demeurant à la Médina a été interpellé par des fonctionnaires du commissariat central de Dakar. A en croire des témoins filmés par nos confrères de DakarActu, l’homme aurait été trouvé détenteur de tissus déclarés volés. Commerçant de son état, Mamadou Diop dit Seck Ndiaye devait être poursuivi pour recel, une simple infraction relevant d’une amende pécuniaire dans des Républiques démocratiques, et conduit au commissariat de police pour audition.

Mais contrairement à ce que recommande le code de procédure pénale, les policiers du commissariat central de Dakar ont usé de la force pour faire parler le mis en cause. Encerclé par cinq policiers, Mamadou Diop a été tabassé pendant plusieurs minutes dans son domicile devant ses voisins. Venu par hasard voir son aîné, un des frères de la victime -qui demandait l’objet de la présence des policiers au domicile de Seck Ndiaye- leur a demandé des nouvelles de son frères. « Ils lui ont dit qu’ils étaient venus chercher des tissus volés. Alors je leur ai dit que moi aussi j’avais eu ces mêmes tissus. C’est ainsi qu’ils m’ont dit que j’étais aussi impliqué dans l’affaire et interpellé. » A témoigné Badara Diop, un des frères de la victime.

Dans la chambre de Seck Ndiaye, le nouvel interpellé découvre, stupéfait, de nombreuses traces de sang projetées sur le sol comme sur les murs. Le matelas aussi est imbibé de sang et Mamadou Diop dit Seck Ndiaye gisait à même le sol, le corps mouillé par de l’eau que les policiers lui avaient versé dessus; comme sils tentaient de le réanimer. Pour couvrir leurs actes et tenter de faire disparaître la traces de leur passage, les policiers -qui quittaient les lieux- ont emporté avec eux le matelas ensanglanté dans lequel ils ont enroulé la victime, le téléviseur et un ventillo. « Ils les ont conduits au commissariat central de Dakar. Et quand nous avons appris ça, nous sommes allés à la police les voir. Là bas, les policiers nous ont dit qu’on ne pouvait voir que le petit frère parce que Seck Ndiaye n’était pas sur place. Nous avons insisté et, c’est plus tard, que les policiers nous ont dit que Mamadou Diop -qui suffoquait- a fini par succomber à l’hôpital principal. » A déclaré Ibrahima Diaw, l’un des frères de la victime.

Alors que la famille cherchait à comprendre ce qui se tramait, Ibrahima Diaw a déclaré avoir appris que des commissaires de police s’étaient réunis -certainement pour analyser la situation et coordonner la version officielle à donner à la presse. Contactée plus tard par la rédaction de Kewoulo, cette même police refuse de parler. Par la voix du commissaire Tabara Ndiaye, patronne du bureau des relations publiques, elle a déclaré attendre les résultats de l’autopsie. « Pour le moment, l’autorité n’a pas encore décidé de communiquer. Mais, on vous reviendra. » A-t-elle déclaré. En attendant que toute la lumière soit faite sur cette énième bavure policière, la famille a fait savoir que des policiers ont commencé à monter un scénario pour se dédouaner;  en laissant croire que l’homme aurait utilisé un pistolet pour s’opposer à son interpellation. « Ils nous ont dit que Seck Ndiaye était armé et aurait utilisé son arme contre eux. Par contre, il serait bizarrement mort par suffocation. » A regretté la famille.

Laisser un commentaire