Ourossogui : « Notre centre de formation est ouvert, mais les jeunes préfèrent conduire des moto-jakarta »

(Reportage) : "Notre centre

Située dans le Fouta, Ourossogui dispose, à l’instar de certaines villes privilégiées du Sénégal, d’un centre de formation professionnelle. Structure publique, ce centre de formation est de plus en plus délaissé par les jeunes au profit d’autres centres d’intérêt. Face à cette situation, le directeur de ce lieu d’apprentissage a déploré ce fait. Au micro de nos envoyés spéciaux, le directeur du centre a décliné les difficultés rencontrées, leur relation avec la mairie de la commune, et autres sujets. Voyage au coeur de cette ville transfrontalières.

Si des jeunes, en pensant à leur avenir, tiennent des manifestations pour pouvoir apprendre et obtenir un diplôme dans le but d’intégrer le milieu professionnel, tel ne semble pas être le cas pour ceux de Ourossogui qui préfèrent s’adonner à d’autres activités. En effet, le centre de formation professionnelle qui, a été implanté par l’Etat pour les populations du département et de la région de manière générale et qui offre plusieurs formations dans différents domaines, risque de fermer ses portes dans les années à venir car il est de plus en plus abandonné par ces populations.

A lire : Spécial: Ourossogui, le désespoir des populations face à un maire jadis porté au pinacle

Ainsi, le directeur du centre de formation de Ourossogui, Ndiogou Fall, face à nos reporters, déplore cette situation précaire qui s’évit dans cette zone et affirme que « la plupart des étudiants ne sont pas issus de la ville de Ourossogui. La preuve est que l’année dernière, le nombre d’étudiants est de 15 sur environs 90« .

Crée en 2007 et mis en activité en 2008, ce centre dispose de formations telles que Electricité, Menuiserie Métallique, plomberie-canalisation, maçonnerie & dessin batiment, mécanique générale, assistant comptable et secrétariat bureautique. Toutes ces formations sont réparties en cycles CAP, BEP et récemment le BT. Le coût de la formation est aussi accessible mais les populations ont commencé à tourner le dos à ce lieu du savoir et du savoir-faire.

A lire aussi : Sénégal: Intrusion au cœur de Ourossogui, la ville la plus sale au monde (Photos)

Interrogé sur le rôle que joue la municipalité dans ce centre, le directeur Fall a répondu fermement que « ça n’a jamais existé« . Il ajoute qu' »il a rencontré le maire à plusieurs reprises afin de discuter sur comment la mairie peut aider les jeunes de la commune en essayant de subventionner 10 à 15 jeunes de la ville« . Par ailleurs, il existe un conseil de gestion qui a noué une relation avec la mairie mais qui adopté la politique de la chaise vide à chaque rencontre tenue par le centre alors que les agents municipaux sont tout le temps informés.

Concernant le phénomène des moto-taxis, communément appelés « Jakarta », Ndiouga Fall estime que « si certains parents connaissaient les conséquences qui existent en pratiquant ce métier de Jakarta man, ils ne laisseront pas leurs enfants le pratiquer« . Le domaine d’action de la mairie recoupe avec celui du centre car elle s’occupe de l’électrification de la ville, de l’assainissement, et autres domaines qui existent dans le centre.

 

Laisser un commentaire