[Reportage]: Carnet de route en Syrie: escale à Alep dans les ruines de la guerre

[Reportage]

La guerre continue en Syrie, malgré le cessez-le-feu précaire instauré en décembre dernier, et les conditions de vie restent aussi difficiles, notamment à Alep.

2017-02-13t174115z_567723392_rc1d7c7facb0_rtrmadp_3_mideast-crisis-aleppo-heritage_0

La ville manque de tout, d’eau d’électricité et des quartiers entiers sont à reconstruire. Près de deux mois après la fin de la bataille qui a vu la victoire du régime syrien, la ville offre toujours un visage de désolation.

Avec notre envoyé spécial à Alep, Daniel Vallot

Ce qui se frappe d’abord lorsque l‘on arrive à Alep, ce sont ces quartiers totalement détruits par la guerre : immeubles effondrés sur eux-mêmes, rues jonchées de gravats, de ferrailles et de véhicules calcinés.

Ce qui frappe également, c’est le silence qui règne dans ces rues devenues en quelque sorte des rues fantômes. On aperçoit de temps à autre des silhouettes, quelques personnes venues déblayer un accès ou récupérer des affaires. Pour l’heure, très peu d’habitants sont en effet revenus habiter dans l’est de la ville.

Passés ces quartiers fantômes, ce décor de béton détruit, on passe l’ancienne ligne de front, et très vite on se retrouve à Alep-Ouest dans les quartiers qui étaient contrôlés par le régime. Là, c’est une vie urbaine beaucoup plus normale qui s’offre au regard. Il y a très peu de destructions et la population tente de vaquer à ses occupations…

A Alep-Ouest, la vie quotidienne est aussi difficile

Mais il n’y a quasiment plus d’électricité – l’essentiel du courant provient de générateurs privés, il n’y a plus assez de carburant et plus assez d’argent pour acheter du carburant. Alep-Ouest est donc plongée dans l’obscurité dès la tombée de la nuit. Il y a très peu de trafic, des difficultés pour se chauffer ou même pour accéder à l’eau courante.

Il y a donc d’un côté une ville à moitié détruite et vidée de ses habitants. Et de l’autre, une ville soumise à des difficultés chaque jour plus importantes. Les habitants d’Alep en ont fini avec les bombardements, avec les tirs de roquette – mais les autres conséquences du conflit, celles qui touchent la vie de tous les jours, continuent elles à se faire sentir.

Avec RFI

Laisser un commentaire