Refus de paternité: Le Sénégal au cœur d’un système qui facilite la mise en situation d’apatridie de ses enfants (Par Marième Mbaye)

Dans un Etat dit à droit égal et équitable, l’on ne met jamais les droits des citoyens sur une balance à tendance fémininement déficitaire. Le droit à un nom est la base vitale de tout être naissant quel que soit la société ou il est né. Ce droit à un nom passe incognito par le devoir des parents à l’enregistrer à la naissance sur les registres administratifs de la localité où il est né pour prouver son existence. D’où son droit à un extrait. Surtout qu’une loi bien sénégalaise refuse à la femme d’enregistrer son enfant au nom de son père même s’ils sont mariés sans certificat de mariage.

Si on laisse de côté les multiples codes et lois régies par l’homme, un être imparfait et défaillant, qui stimule souvent le refus de ce droit dans une telle ou telle autre situation,  les parents, par contre,  n’ont aucun prétexte de ne pas officialiser l’existence d’un enfant à travers son enregistrement dans une localité où une autre quels que soient les contours des dites lois et textes. L’apatridie, qui est la non non-existence officielle  administrative et juridique d’une personne, est à 99% favorisée dans certaines situations par le REFUS DE PATERNITÉ  de certains hommes irresponsables, soutenus par certaines textes et  lois qui leur octroient ce droit; même s’ils sont auteurs de ce qui leur est indexé.

Alors l’État du Sénégal, je dis bien du Sénégal,  devrait par devoir de mieux encadrer les différentes lois récemment mises en place concernant la parité et autres,  revoir les textes sur la paternité pour permettre aux multiples innocents qui naissent sans l’avoir demandé,  de bénéficier de ce droit à une existence officielle. En plus de cela, s’ajoute le fait qu’un homme ne soit absolument pas obligé de reconnaître sa filiation, alors que la femme n’a ni le droit d’avorter. Ni celui de le poursuivre même avec un test ADN. Et, pire, elle est toujours mal vue par cette société hypocrite qui signale le vert même quand la situation au rouge sang.

Maintenant, pour parler de ces irresponsables qui pensent que la vie ne s’arrête qu’à leur besoins sexuels. Et qu’ils peuvent tout se permettre sans risque d’être poursuivis (car protégé par une certaine loi et pour la plupart ayant une réputation à protéger). Je crois qu’il est temps que nous, les femmes sénégalaises,  nous battions pour faire reconnaître nos droits. Et celui de vos enfants. Pour que, arrivée à ce stade de non refus de paternité, l’homo parentalité pour la femme soit reconnue entièrement. Où que l’auteur de toute grossesse soit amené à signer OUI. Même si, après, il n’en fera pas davantage. Parler d’acquis,  parce que certaines femmes  ont bénéficié d’une loi pour être à certains postes politiques n’est vraiment pas rationnelle. Ce qui devrait nous soulager,  nous rendre fières et nous rassurer, c’est de voir nos enfants et nos sœurs jouir de leurs droits les plus naturels convenablement. Et sans souci quelconque.

Le premier poste auquel une femme devrait prétendre et pour lequel elle devrait se battre c’est celui d’être les précurseurs du respect des droits de ses enfants les plus primaires et les plus naturels. Les responsabilités étant partagées, nous les femmes devrions nous unir et combattre pour en finir avec les tontons “saï-saï” qui nous pourrissent la vie. Et celle de nos enfants, en engageant le combat. Sans relâche ni recul. Espérant que ce cri de cœur fera réagir nos gouvernants et donnera goût à mes sœurs femmes sénégalaises à se battre pour les droits de nos enfants,  je reviens rappeler qu’au jugement dernier aucun texte faite par l’homme ne sera valable et valide à sauver l’irresponsabilité de certains hommes.

 Marième MBAYE
Journaliste Port Autonome de Dakar

Laisser un commentaire