RDC: toujours l’impasse dans les négociations entre pouvoir et opposition

les négociations

En République démocratique du Congo, les négociations se sont poursuivies jusque tard dans la nuit, mais aucun accord n’a été trouvé. Les évêques qui dirigent la médiation ont pourtant donné au pouvoir et à l’opposition jusqu’à ce lundi pour finaliser l’accord politique du 31 décembre dernier. Parmi les principaux points de blocage figure notamment la question de la nomination du Premier ministre. Pour tenter de sortir de l’impasse, les évêques font donc une nouvelle proposition dans laquelle le chef du gouvernement serait nommé au terme d’une consultation avec l’opposition.

Selon l’accord signé le 31 décembre, le président de la République nomme le Premier ministre désigné au préalable par le Rassemblement de l’opposition, cette frange la plus radicale de l’opposition congolaise. Face à l’hostilité des autorités, les évêques exposent une nouvelle formulation : le Premier ministre est nommé après une simple consultation avec le Rassemblement.

La majorité n’est pas d’accord, elle exige que soit ajouté que le Premier ministre est désigné sur une liste de trois personnes. Des personnes présentées dans un ordre préférentiel, dit encore l’opposition signataire de l’accord issu du dialogue, sous la médiation d’Edem Kodjo. Mais le Rassemblement des forces acquises au changement refuse et s’en tient à une personne seulement.

Autre point de blocage, le poste de président du Conseil national de suivi de l’accord, dès le départ réservé au président du Conseil des sages du Rassemblement. Mais après la mort d’Etienne Tshisekedi, le 1er février à Bruxelles, des voix se sont élevées pour réclamer l’ouverture de ce poste au reste de l’opposition.

La situation est toujours bloquée et il semble peu probable que la signature d’un arrangement particulier puisse intervenir ce lundi.

Rfi.fr

Laisser un commentaire