Un rapport de l’Onu signale que le Burundi commet toujours des crimes contre l’humanité

Un rapport de l'Onu signale que le Burundi

Selon un rapport de l’ONU sur les droits de l’homme publié ce mercredi des crimes contre l’humanité ont été commis au Burundi en 2017 et 2018, provoqués par les discours de hauts responsables, dont le président Pierre Nkurunziza.

Le Burundi a tenté et n’a pas réussi à arrêter la Commission d’enquête des Nations Unies sur le Burundi, créée par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies en 2016, et refuse de coopérer avec elle. La commission a déclaré l’année dernière que des responsables au plus haut niveau étaient responsables de crimes contre l’humanité.

« La Commission a des motifs raisonnables de croire que des crimes contre l’humanité continuent d’être commis au Burundi« , a déclaré le dernier rapport de la Commission.

«Ces crimes incluent le meurtre, l’emprisonnement ou toute autre forme de privation grave de liberté physique, la torture, le viol et d’autres formes de violence sexuelle de gravité comparable, et la persécution pour des raisons politiques.»

Le porte-parole de Nkurunziza et le ministre des droits de l’homme du Burundi ont refusé de faire un commentaire immédiat. Le Burundi a été saisi de violence depuis le début de 2015, lorsque Nkurunziza a déclaré qu’il chercherait un troisième mandat, largement considéré comme une violation de la constitution.

Les affrontements entre les forces de sécurité et les rebelles ont fait des centaines de morts et ont contraint environ un demi-million de personnes à fuir une région encore hantée par le souvenir du génocide de 1994 au Rwanda voisin.

En mai dernier, un référendum a modifié la constitution de manière à lui permettre de rester président jusqu’en 2034.

« Ce climat de mépris des droits de l’homme continue d’être fomenté par des cas répétés de haine et de violence préconisés par les autorités, notamment le chef de l’Etat et les membres du CNDD – FDD« , a indiqué la commission.

La Commission a déclaré que les politiques de Nkurunziza, consacrant des ressources à la sécurité aux dépens des services sociaux, augmentant la dette et le fardeau des femmes qui s’occupent de familles, ont transformé le Burundi en pays en développement en situation d’urgence humanitaire.

«En l’espace de deux ans, le nombre de personnes« dans le besoin », principalement dans les domaines de la santé, de l’alimentation, de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement, est passé de 1 à 3,6 millions, soit plus de 34% de la population.

La corruption et le «détournement de fonds publics parmi les autorités de haut niveau» ont encore épuisé les ressources de l’Etat, at-il ajouté.

Les membres du Service national de renseignement et de la police, y compris de hauts responsables, ont commis un grand nombre de violations des droits humains, et les Imbonerakure, l’aile jeunesse du parti au pouvoir, jouaient un rôle croissant, selon le rapport.

Les opposants au gouvernement ont été détenus et torturés, souvent par les Imbonerakure, a indiqué la commission.

Le nombre d’exécutions sommaires semble avoir diminué depuis 2015, année où elles ont eu lieu à grande échelle, mais les auteurs ont pris soin de couvrir leurs traces en alourdissant les corps et en les jetant dans les rivières.

Laisser un commentaire