« Raisons ou Raisins pour plébisciter le Président Macky Sall le 24 février au soir », (par Waly Ndiaye)

"Raisons ou Raisinse)

« Raisons ou Raisins pour plébisciter le Président Macky Sall le 24 février au soir », (par Waly Ndiaye)

Premièrement : son bilan économique, social politique ou diplomatique

IL est  éloquent, émerveillant, incontestable, distributif, inclusif, le bilan du Président Sall,   en l’espace d’un mandat seulement. Les performances, en matière énergétique, hydraulique urbaine et rurale, d’Education (conditions d’existence et de travail des Enseignants de tous ordres, d’Etudes des élèves et Etudiants), en matière d’infrastructures et d’équipements sanitaires, d’infrastructures routières, autoroutières, portuaires et maritimes, aéroportuaires, ferroviaires,rapportées aux performances des globales des régimes précédents de l’indépendance à 2012, dans les mêmes domaines, autorisent à fantasmer sur les opportunités d’émergence du pays puis que  les dit secteurs impactés simultanément, constituent les fondamentaux du Développement. A côté de ces performances, fruits  de programmes structurels  hardis  comme le PUDC, le PROMOVILLE, le PUMA,  de Réflexions stratégiques nationales sur l’Education, sur l’Enseignement supérieur, sur les pôles de Développement économique, les programmes sociaux n’ont pas été en reste pour prendre en charge la dimension humaine du Développement à travers Le PRACAS, la CMU, le PRODAC, le programme RIZApiculture, le DER,  les équipements agricoles, la Bourse familiale, la gratuité de soins médicaux pour les Enfants de Zéro à cinq ans, pour l’hémodialyse, la Césariennel’égalité des chances pour les personnes handicapées, l’habitat social etc…

Deuxièmement :  la dette, sa gestion, sa transformation, son utilisation

Paradoxalement cette question que d’aucuns de ses contradicteurs utilisent comme arme contre lui sous de fallacieuses et malveillantes affirmations qu’il est en train d’hypothéquer l’avenir des générations futures, devrait être pour des personnes avertis, au fait des enjeux et défis auxquels nos pays en Développement font face,  le critère le plus pesant pour donner un deuxième mandat au locataire de Roume. En effet  la crédibilité de notre pays qui fonde le nombre et le volume de créances dont il bénéficie,  est en partie due à  au leadership, à  l’ entregent et au portefeuille international de son Président or c’est  grâce à cet endettement bien maîtrisé  que le bilan élogieux et les transformations économiques et sociales notées, ont été possibles. Les possibilités  et facilités d’endettement, l’orientation de la dette vers les investissements structurants, productifs à moyen et à long terme,  rapportés au nouveau potentiel de solvabilité dont dispose le  pays (Ressources pétrolières et gazières), loin de constituer des contraintes pour les générations futures, au contraire contribuent à baliser le chemin pour celles-ci et à mettre entre leurs mains les outils qui leur permettront de façonner l’histoire de leur pays. Le risque est donc grand pour le pays d’opérer une rupture dans le  registre de la dette, sans laquelle nos pays continueront de végéter.

Troisièmement : le Retour concomitant de la Démocratie en Gambie et de la Paix en Casamance.

La fermeté, la distance avec le régime de Jammeh dans la gestion du conflit Casamançais, l’intransigeance par rapport à l’intégrité du Territoire national, l’attention et la clairvoyance dans la communauté de destin avec les pays  notamment avec la Gambie et le Mali, justifient la promptitude de ses intreventions militaires dans ces deux pays pour d’un côté restaurer la légitimité et la démocratie et d’autre part contribuer à endiguer le terrorisme « jihadiste ». En conséquence de l’intervention en Gambie l’accalmie est revenue dans le sud du pays et la construction du pont de la Sénégambie  qui participe au désenclavement du Sud avec des perspectives économiques inestimables avec l’opportunité de réalisation d’un corridor routier qui pourrait relier Dakar- Lagos en passant  par Cotonou- Lome- Abidjan- Monrovia-Freetown- Conakry-Bissau. C’est là aussi un critère qui a son pesant d’or

Quatrièmement : serviteur infatigable de l’Etat et de son peuple

« Last but not least »  Le stoïcisme, l’amour et l’ardeur au travail qui caractérisent l’ingénieur sont des valeurs diffuses chez l’homme pour faire de lui un ouvrier infatigable au service de son pays pour lequel il a ouvert mille et un chantiers  qu’il  contrôle au pas de charge. Ce faisant à travers ces chantiers l’homme a restauré à  l’Etat son âme vivante et son omniprésence et sa providence.

Attention chers compatriotes, il n’ya pas plus grande turpitude en matière de pari que de changer un cheval qui gagne !

Waly Ndiaye cadre Bennoo bokk Yakhaar

wandiaye@gmail.com

Laisser un commentaire