Le PUR avertit Macky : «cette affaire de parrainage est dangereux pour la stabilité politique »

Le PUR avertit Macky : «cette affaire

Pour la reprise de la présence du Parti de l’unité et du rassemblement(Pur) au dialogue politique entre pouvoir et opposition, il faut que l’Etat mette d’emblée de côté les histoires de parrainage.

C’est la condition primordiale selon les responsables de ce parti qui étaient à Guédiawaye pour sensibiliser leurs militants sur les perspectives de préparatifs de l’élection présidentielle. «Pour notre parti, nous pouvons revenir mais à une seule condition que l’on mette ces histoires de parrainage à côté qui sous-entendent déjà des prémices de contentieux électoral avec des candidatures qui seront contestées», a fait d’emblée savoir leur coordonnateur, le député Issa Sall. Car, a-t-il tenu à faire savoir, «c’est dangereux cette affaire de parrainage pour la stabilité politique. Si je prends l’exemple de mon responsable local ici à Guédiawaye à savoir Mbacké Gueye, s’il est candidat, il peut prendre autant de signatures et parmi ces personnes, certaines d’entre elles peuvent signer le document par légèreté avec d’autres signatures qui ne figurent pas sur leurs pièces d’identité. Alors demain, le parti où ces personnes qui ont déjà signé peuvent revenir à la charge pour porter l’affaire devant le Conseil constitutionnel comme quoi elles ont fait faux et usage de faux. Donc, ces histoires de parrainage doivent arrêter. Si on l’arrête, nous pouvons revenir à la table du dialogue politique», ajoute Issa Sall tout en réclamant la baisse de la caution pour la présidentielle jusqu’à 15 millions.
Concernant le processus électoral, le coordonnateur du Pur a déploré le niveau de retrait des cartes d’électeur, les omissions faites sur certains registres. Une situation qui, selon lui, a impacté négativement sur l’organisation des élections législatives qui a été chaotique. C’est pourquoi, le député Sall a appelé les militants de son parti à être vigilants pour ne pas tomber encore dans le piège des législatives où beaucoup de Sénégalais avaient été omis sur les listes. «La volonté d’un parti, c’est de conquérir le pouvoir qu’il soit exécutif, législatif ou local. Le moment venu, nous nous prononcerons. Mais cela ne peut pas se faire par la parole. Votre arme, c’est la carte d’électeur. Pour l’avoir, il faut vous inscrire et la suivre pour son retrait. Il faut aussi engager la bataille de la massification en créant des cellules pour se préparer à ces élections», déclare Issa Sall.
Pour ce qui est du dossier judiciaire du maire de Dakar à propos de la Caisse d’avance, le coordonnateur du Pur a laissé entendre que Khalifa Sall devrait être libéré puisque la caisse concerne des fonds politiques et que les fonds politiques n’ont pas de justificatifs. Il cite à cet effet, la caisse noire du président de la République et celle du président de l’Assemblée nationale qui «dans l’histoire du Sénégal n’a jamais reçu la visite de contrôleurs financiers.» Issa Sall de déplorer l’attitude du pouvoir qui, selon lui, cherche à tout prix à enfoncer l’édile de Dakar pour des raisons politiques.

Laisser un commentaire