Processus Electoral : L’Union européenne valide le fichier électoral sénégalais

Processus Electoral : L’Union européenne

Face à la presse hier, les experts commis par l’Union européenne et l’Allemagne ont validé le fichier électoral sénégalais qui, selon eux, est fiable pour aller aux prochaines élections.
Le fichier électoral sénégalais est fiable. L’assurance est des experts internationaux commis par l’Union européenne, dans le cadre d’un audit qui a duré un mois, sous la supervision de l’ensemble des parties prenantes aux concertations sur le processus électoral. Selon ces experts qui ont fait face à la presse, hier à Dakar, même s’il est perfectible, le fichier électoral est cohérent et de bonne qualité. Par conséquent, « il est tout à fait utilisable pour aller aux prochaines élections’’.

« Nous avons remarqué le souci constant et présent de délivrer une liste et une carte électorale de qualité. C’est manifeste à toutes les étapes de la chaîne observée tout au long de cet audit’’, a déclaré Fabien Marie, expert franco-haïtien en biométrie.
Les experts de l’Ue n’ont pas manqué, toutefois, de relever une marge d’erreur de 1,2 à 1,9 % concernant une centaine de milliers de Sénégalais, relativement à des noms qui manquent, des données pas complètes ou des inversions. Néanmoins, ils rassurent que ces erreurs peuvent être traitées et corrigées pour arriver à un taux beaucoup plus faible.
De ce fait, souligne Fabien Marie, « toutes les craintes des différentes parties du processus électoral sont dissipées, puisqu’il y a eu une restitution des conclusions de l’audit avec les représentants des partis politiques’’.

Pour corriger toutes les imperfections qui ont été décelées lors de l’audit du fichier, les experts de l’UE ont formulé des recommandations qui sont consignées dans le rapport final qui sera remis aux autorités étatiques le 26 février prochain.
Il faut relever que cet audit a eu lieu en l’absence de l’opposition dite significative. Ont pris part aux travaux seules les parties prenantes aux concertations sur le processus électoral. Il s’agit de la majorité présidentielle réunie dans la coalition Benno Bokk Yaakaar, certains partis regroupés dans le Cadre de l’opposition pour la régularité, la clarté et la transparence des élections (Correcte) et certaines organisations de la société civile, en qualité d’observateur.
Le Parti démocratique sénégalais et ses alliés de la coalition gagnante Wattu Senegaal, ainsi que la coalition Mankoo Taxawu Senegaal, ont tout simplement boycotté ce cadre de concertation.
C’est, en effet, le 22 décembre 2017 qu’un appel à candidature a été lancé au niveau international, suite à une demande d’audit formulée par l’opposition. A cet effet, le profil de quatre experts internationaux a été retenu pour la conduite de cet audit qui a duré du 15 janvier au 13 février 2018 et qui a été intégralement financé par l’Union européenne et par la République d’Allemagne à hauteur de 800 millions de francs Cfa, soit 1 millions 220 mille euros.

Laisser un commentaire