Procès du meurtre de Médinatoul Salam: Les défenseurs des droits humains réagissent

Procès

Les organisations de défense des droits de l’homme réclament le procès des jeunes thiantacounes arrêtés dans l’affaire du meurtre de Médinatoul Salam. En effet,  selon Seydi Gassama d’Amnesty international, rien n’empêche la tenue du procès après six ans et demi de détention provisoire alors que l’instruction est bouclée depuis 2013.

 

A l’en croire, seul le manque de volonté des autorités judiciaires empêche la tenue du procès des personnes poursuivies pour le meurtre de Bara Sow et de Ababacar Diagne en 2012, en violation flagrante de leurs droits d’être jugés dans un délai raisonnable. Pour Seydi Gassama, l’Etat sera tenu responsable de tout acte de désespoir qu’ils pourraient entreprendre face au mépris de leurs droits.

Dans un communiqué repris par l’Obs, ces 3 associations signalent que les 16 personnes inculpés et placées en détention provisoire ont déjà passé plus de six ans et six mois en prison, alors que le juge d’instruction en charge de l’affaire a bouclé son enquête depuis 2013.

Ces défenseurs des droits de l’homme estiment  qu' »en vertu des instruments régionaux et internationaux de droits de l’homme, l’Etat a l’obligation de juger dans un délai raisonnable toute personnes poursuivie pour une infraction pénale ou de la remettre en liberté dans l’attente de son jugement lorsqu’elle est placée en détention provisoire. »

Laisser un commentaire