Procès Khalifa Sall: Maitre Cissé soupçonne une connivence frauduleuse entre la défense et la ville de Dakar

    Maître Boubacar Cissé déclare que « Il y a eu un éventuel préjudice qu’aurait subi la ville de Dakar et un autre point sur lequel le préfet a insisté. L’article 243 du code général des collectivités locales dit que lorsque la délibération intervient et que l’autorité administrative demande une seconde lecture, cette décision est suspendue.

    C’est à dire qu’elle n’a aucun effet. Par conséquent nous,  avocats de l’État estimons que la délibération de la ville de Dakar qui voulait noter sa constitution n’a point aucun effet exécutoire et qu’il s’agit d’un formalisme provisoire qui doit être accompli puisque demander par l’autorité conformément à la loi donc nous nous opposons à la constitution de la partie civile de la mairie de Dakar jusqu’ à ce que la formalité prévue par le préfet soit observée.

    Le conseil municipal peut maintenir sa délibération ou la modifier. En tout état de cause, il faut une seconde délibération qui permettra de trancher la question.

    Le conseil municipal avait déclaré à l’entame du procès, c’est à dire au mois de Mars, que la mairie n’avait subi aucun préjudice quand Khalifa était placé sous mandat de dépôt. »

    Il soutient » qu’il y a une connivence frauduleuse entre la défense et la ville de Dakar: la preuve, la ville de Dakar a constitué quatre avocats et sur les quatre, il n’ y a que maître El hadj Diouf qui est intervenu, par contre, les neuf avocats de Khalifa se sont levés pour défendre la constitution de la partie civile de la mairie de Dakar ».

    Telle est la déclaration de maître Boubacar Cissé avocat de l’État à sa sortie de l’audience

    Laisser un commentaire