Procès Imam Ndao : « Rien ne prédestine ‘’Imam Aly’’ à commettre une quelconque infraction’’

Me Baba Diop et 8 de ses confrères ont pris ce matin la défense de l’accusé Alioune Badara Sall alias ‘’Imam Aly’’. Inculpé dans ce dossier au même titre que Imam Alioune Ndao et Cie, il est aux yeux de ses avocats un innocent.

Devant le président, le mis en cause a été défendu bec et ongles par ses conseils. Il est expert en bâtiment, et la chambre criminelle spéciale qui le juge, lui reproche d’avoir tenté de blanchir de l’argent que lui avait remis Matar Diokhané, un présumé terroriste impliqué dans ledit dossier, afin qu’il lui construise un daara.

‘’C’est une audience très spéciale. Je dois avouer, en toute humilité, que le parquet a fait preuve de pugnacité. On ne peut pas lui en vouloir pour toute les peines qu’il a requises. Il est dans son rôle parce qu’il représente une partie : La société’’, a dit Me Baba Diop qui dit considérer l’accusé comme un frère. ‘’C’est un frère parce qu’avec son aîné, nous avons arpenté les chemins sinueux de l’Ucad. À la matérialité, absolument rien ne prédestine ce garçon à commettre une quelconque infraction, ni par son éducation, ni par son comportement. Ce dont on n’a pas tenu compte dans cette affaire, c’est le contexte social dans notre pays. Avec 30 accusés dans ce dossier et une ordonnance de 42 pages, je pense qu’il est très difficile de savoir qui est coupable ou non. En vérité, il ne pouvait être coupable du délit de blanchiment.  Quand on est dans le blanchiment, on est souvent dans le faux, le divertissement. Quand on blanchit, on opère différemment, parce qu’on conclut. Il n’y a pas, dans ce dossier, la preuve qu’il a tenté de dissimuler des choses. Il doit être acquitté purement et simplement’’, plaide la défense.

L’avocat trouve que ‘’dans le cadre de poursuites, on pouvait juste imaginer qu’il s’agissait que de poursuite. Mais, le tribunal doit juger sur la base de preuve. Le parquet n’a requis sur la base d’aucune preuve. Ces personnes-là, ce n’est pas parce qu’ils ont fait un voyage qu’ils sont donc supposés dangereux. On sait seulement que ces gens-là ont voyagé mais qu’est-ce qu’ils faisaient? Il n’a pas été prouvé que Matar Diokhané a fait la guerre, il a tué une personne et avait tel type d’arme. C’est des infractions qui sont matérielles. Il faut donc que cette matérialité soit prouvée. Il n’y a que des procès-verbaux mais il n’y a aucun élément objectif. Dans cette affaire-là, on pouvait comprendre que toutes ces personnes soient poursuivies pour des enquêtes. Mais cela s’arrête-là. Parce qu’on n’a pas (prouvé) que ces personnes-là viennent de Boko Haram. On aurait dû les inscrire aux fichiers et les surveiller comme le fait la France. En vérité on a cherché, on n’a pas trouvé. Et on a des raisons de chercher parce qu’ils viennent de Boko Haram. Mais, ce qu’on ne peut pas comprendre en droit, c’est qu’on requiert la prison pour ces personnes tout simplement parce qu’ils ont fait des voyages. Les acquitter tout simplement et ce sera justice’’, conclut-il.

Avec Seneweb

Laisser un commentaire