Pour une présidentielle transparente : l’opposition scelle une unité

Pour une présidentielle

Les leaders de l’opposition et des membres de la Société civile ont mis en place, ce jeudi 13 décembre, la Plate-forme opérationnelle pour la sécurisation des élections (Pose). Cette entité a adopté sept mesures à mettre en œuvre (voir la liste ci-dessous) pour assurer la transparence et la crédibilité de la prochaine présidentielle.

Coordonnateur de la Pose, Me Mame Adama Guèye est persuadé que le régime en place prépare un «hold-up électoral». Il en veut pour preuves plusieurs faits et indices parmi lesquels, liste-t-il, le « contrôle total des médias publics (Le Soleil, la Rts, l’APS) », qui sont dirigés par des membres de l’APR, une volonté de contrôler les médias privés avec la nomination de Babacar Diagne à la tête de la CNRA, la mise en place de la loi sur les communications électroniques pour « se donner les moyens d’avoir une mainmise sur les réseaux sociaux » et «l’acquisition récente d’équipements anti-émeutes ».

« Ces actes présageant un attentat contre la démocratie constituent une menace grave pour les fondamentaux républicains que sont le droit de vote et la garantie de transparence de l’expression du suffrage des citoyens», avance Me Mame Adama Guèye. Qui souligne qu’il revient à la pose de prendre «en charge les différentes opérations de sécurisation en amont, et en aval du processus électoral».

À signaler que le Pds n’est pas partie prenante de cette initiative de l’opposition et de la Société civile.

Laisser un commentaire