Présidentielle 2019 : Tractations autour d’un diner (Paris) Une alliance Pape Diop, Hadjibou, Gakou,  Karim, Thierno Alassane et Khalifa se dessine  pour soutenir la coalition «Idy2019»

Texte alternatif de la bannière

Hier, c’est avec enthousiasme et à bras ouverts que le président Macky Sall a accueilli ses « transhumants ». C’était  lors de la cérémonie d’installation de son directoire de campagne. Se  prononçant  sur le chœur d’indignation des Sénégalais qui  a  accueilli la nouvelle de la transhumance de Me Aissata Tall Sall, le candidat de Benno a plaidé que le choix du leader de « Osez l’avenir» est raisonné et fondé sur l’amour du Sénégal. L’amour des prébendes, oui ! Il fallait le faire et Macky l’a fait !

C’est-à-dire défendre les ex- opposants qui ont choisi de le rejoindre dans la mouvance présidentielle et qui sont actuellement «fusillés » sur les réseaux sociaux et ailleurs. Hier, lors de l’installation de son directoire de campagne, le président Sall, par ailleurs candidat à sa propre succession, a mis à l’aise ses nouveaux alliés, particulièrement la socialiste Aissata Tall Sall, qui a été accueillie par un salve d’applaudissements des militants et autres responsables présents dans les nouveaux locaux de la permanence de l’Alliance Pour la République (APR). « Nous remercions certains leaders qui nous ont rejoints y compris certains candidats qui étaient dans la course dont Me Aïssata Tall Sall que je félicite au passage», a déclaré le chef de l’Etat devant sa nouvelle conquête, assise derrière lui et affichant un large sourire.
A cette occasion, le président Sall s’est une nouvelle fois érigé en avocat de la transhumance. « Le choix d’Aïssata Tall Sall est un choix raisonné et fondé sur l’amour du pays. Parce que nous avons besoin de stabilité, de sérénité. Il n’y pas de transhumance qui
tienne. L’essentiel, c’est d’apporter sa pierre à l’édifice. Ces leaders sont venus de l’opposition, mais d’une opposition républicaine et responsable, pour renforcer la mouvance présidentielle. Les gens ont choisi l’homme qu’il faut à la place qu’il faut en ce moment. Que ce soit de la gauche, de la droite cela importe peu.
L’essentiel c’est d’apporter sa pierre à l’édifice et de créer ces conditions d’assumer la marche du Sénégal vers le progrès», a plaidé Macky Sall dans sa robe d’avocat qui a défendu hier exactement le contraire de ce qu’il prônait durant sa campagne électorale de 2012. Avec la forte coalition de Benno Bokk Yaakar qui s’est renforcée avec ces nouveaux venus, Macky Sall s’est dit confiant de passer au premier tour comme lettre à la poste. «Nous sommes sur la dernière ligne droite pour la présidentielle, une élection que nous abordons avec confiance. Notre élan de victoire se raffermit avec le ralliement de nouvelles forces politiques non moins importantes», s’est-il exclamé.

Idrissa Seck au coeur de toutes les tractations

Dans cette dynamique de recrutement de transhumants, il révèle qu’il y a d’autres qui vont rallier bientôt et qu’il ne citera pas leurs noms pour leur laisser la latitude de le faire
eux-mêmes. « Ce n’est pas fini. Il y a beaucoup qui vont nous soutenir. Je ne vais pas citer leurs noms, ils le feront eux-mêmes», a informé le chef de l’Etat sous les applaudissements des militants et autres responsables présents. « Beaucoup de gens qui sont ici viennent de l’opposition républicaine, responsable, patriotes, ils viennent déjà renforcer le camp majoritaire », dit-il. Selon Macky Sall, la coalition au pouvoir n’est pas comme celle des
quatre autres qui iront en campagne et qui ne sont pas prêts. Revenant sur les transhumants, il souligne que la politique n’est pas une administration. Elle doit être une activité flexible, la politique n’est pas une activité de commandement, explique-t-il. Ah, que
n’avait-il pas dit cela en 2012 lorsqu’il cherchait les suffrages des Sénégalais !
Conforter la majorité écrasante au soir du 24 février. Par ailleurs, il appelle les responsables de la majorité présidentielle au travail pour consolider cette majorité et la transformer en majorité écrasante au soir du 24 février. A cet effet, il demande à ses responsables politiques de privilégier les visites de proximité. «Une élection ne se gagne pas avec des caravanes. Nous avons besoin d’une organisation. Il faut aller dans les villages les plus reculés, aller à la rencontre des Sénégalais pour parler avec eux. Faire du porte à porte et parler aux citoyens en les écoutant », donne-t-il comme conseils à ses responsables.
Pour la communication, il estime que cette campagne est tellement sérieuse que tout le monde n’a pas voix au chapitre. (Ndlr, il faisait allusion à Moustapha Cissé Lô et Mame Mbaye Niang ?) Dans tous les cas, estime-t-il, on doit laisser le soin de s’exprimer aux orateurs habilités à le faire. « Seules les personnes habilitées à parler à la presse au nom du candidat vont le faire. On ne peut pas accepter que les gens communiquent en ordre dispersé », a ordonné Macky Sall. Pour conclure, le candidat à un deuxième mandat a listé les réalisations qu’il a eu à faire pour amener le Sénégal là où il est aujourd’hui. Ce alors que, rappelle-t-il, avant 2012, la situation du pays à presque tous les niveaux était catastrophique. Il a sans doute dû oublier qu’il a été successivement ministre et Premier ministre du régime du président Abdoulaye Wade…

Des réunions secrètes à Versailles

Dès le lendemain de son arrivée, dimanche, à Versailles (Paris) en provenance de  Doha (Qatar), Me Abdoulaye Wade  a convoqué, hier mardi, son état major politique autour d’un diner de tractations en vue d’alliances pour la prochaine présidentielle. Selon une source ayant « resquillé » à ce diner, le président Wade serait toujours constant dans sa démarche d’ «empêcher» la tenue des élections. Pendant ce temps,  une alliance Pape Diop, Hadjibou Soumaré, Malick Gakou, Karim Wade, Thierno Alassane Sall  et  Khalifa Sall se dessinerait pour soutenir la coalition «Idy2019» !
En provenance de Doha (Qatar) après un long séjour, Me Abdoulaye Wade a regagné son domicile de Versailles (Paris) avant son retour annoncé sur Dakar en vue de la présidentielle 2019. Comme l’avait révélé « Le Témoin », Me Wade avait immédiatement après son arrivée dans la capitale française reçu son « barreau de guerre » composé d’avocats et autres conseillers juridiques chevronnés établis en France. C’était lundi. Et hier mardi, dans sa résidence de Versailles, le Pape du Sopi a réuni quelques membres de
son état-major politique autour d’un diner d’information. Il s’agit d’Oumar Sarr, coordinateur du Parti démocratique sénégalais (Pds) et de l’architecte Pierre Atepa Goudiaby, candidat recalé du mouvement « Sénégal Rekk » ainsi que nombreux responsables politiques de la fédération du Pds de France.

Abdoulaye Wade faiseur de roi

Ce mercredi, Me Wade compte recevoir Pape Diop de Bokk Gis-Gis et Mamadou Diop Decroix d’Aj/Pads pour une audience de tractations et d’alliances. Mais toujours est-il que la journée d’hier a connu de multiples soubresauts politiques sur fond d’alliances de raison en perspective de l’élection du 24 février prochain. Dans l’ombre politique de Me Wade, certains candidats recalés et courtisés tels que Hadjbou Soumaré, Malick Gackou, Khalifa
Sall, Pape Diop, Karim Wade et Thierno Alassane Sall se seraient accordés sur le principe de faire bloc pour soutenir la coalition « Idy2019 ». Seulement, rien n’est encore officiel ! Juste des esquisses d’équation d’alliances à résoudre à Paris et à concrétiser au Sénégal. On souffle que le coup de fil d’Idrissa Seck à Karim Wade en plein diner semble avoir constitué le déclic de cette coalition de «frustrés » qui se dessine à Versailles.
Car, le coup de massue subi par ces candidats au pays des parrainages « informatiques » renseigne sur l’intensité de ce commando d’alliés qui compte laver l’affront aux cotés de l’ancien Premier ministre Idrissa Seck et candidat à la présidentielle 2019. Du coté de Versailles, on nous confie également que d’autres alliés vont rejoindre « Idy2019 ». Le
leader de Gueum Sa Bopp, Bougane Guèye Dany, serait chargé de faire la chasse aux recalés afin de les enrôler sous la bannière «Idy2019 » Et Me Wade dans tout ça ? Selon une source très proche de Versailles, le Pape du Sopi aurait clairement fait comprendre à Pierre Goudiaby Atépa qu’il ne soutiendra personne !
Du moins, officiellement. Considéré comme un véritable «renard» politique, le Pape du
Sopi laisse toujours entendre qu’il «empêchera» la tenue de l’élection présidentielle compte tenu de la façon anti-démocratique dont le candidat du Pds, son fils Karim Wade, a été recalé. Sans compter l’élimination tout aussi injuste de l’ex-maire de Dakar, Khalifa Sall. Comme quoi, l’ancien président de la République semble toujours constant dans sa démarche. Et cela se comprend dès lors que si Me Wade avait choisi de soutenir un
candidat, son retour au Sénégal n’aurait plus sa raison d’être.

Pierre Goudiaby Atépa porteur d’un message intriguant

D’ailleurs, pour attester ses qualités de fin stratège déterminé et rusé, il aurait toujours fait fuiter sa date de retour au Sénégal avant de faire faux bond ! Mais cette fois-ci, il est
contraint de renter au bercail pour y poursuivre son combat politique en vue de la présidentielle 2019 dont la campagne électorale s’ouvre dimanche 3 février prochain. Justement, « Le Témoin » s’est laissé convaincre que l’ancien Président n’attendrait que le début de la campagne électorale, une période durant laquelle tout semble être
permis, pour débarquer à Dakar.
Avec ou sans Karim Wade ? Mystère et boule de gomme ! En tout cas, au Sénégal comme dans tous les autres pays démocratiques, la campagne électorale d’une présidentielle est un moment de « pagaille » où l’autorité politique devient « impuissante » face aux opinions et manifestations tous azimuts. Car les meetings, caravanes, marches et rassemblements dans les règles de l’art politique et pacifique sont libres et peuvent avoir lieu sans autorisation ni déclaration préalable. Mais enfin, le début de la campagne n’est plus très loin !
Pape Ndiaye
Le Temoin

Laisser un commentaire