Politique: Eliminée par le Conseil Constitutionnel, l’opposition fait bloc pour annuler les parrainages

Texte alternatif de la bannière

Après la série de plaintes ouverte par Pierre Atépa Goudiaby, devant la Cour Suprême et la CENA, imité en cela par la quasi totalité des déboutés du parrainage, c’est dans la rue que va, désormais, s’organiser la bataille des éliminés de l’élection présidentielle de 2019. Cet après midi, ils ont tenu la place de la Nation pour revendiquer « la suppression pure et simple des parrainages. » A défaut d’être entendue par le régime de Macky Sall, l’opposition a prôné le boycott systématique de l’élection présidentielle, tout en promettant de s’opposer par tous les moyens au coup de force du candidat de Benno.

Si l’annonce de leur élimination prématurée, de la course à la présidentielle, les avait laissé pantois, la réalité de savoir que « Macky Sall a déjà choisi ses adversaires » et a « planifié son projet de passer par la force dès le premier tour » a fini par réveiller la fibre patriotique des opposants. Jusque-là résignée, l’opposition a décidé de ne plus se taire. Et de faire valoir ses droits, par la voie judiciaire. Certes. Mais, aussi par une épreuve résolue de force comme seule la politique le permet sous les tropiques. Conduits par le candidat de la coalition « Atépa 2019 » dont la résidence sert désormais de quartier général aux exclus de la présidentielle, les opposants ont décidé de ne plus rien concéder à Macky Sall: il faut qu’il renonce à « cette mascarade » qu’est le parrainage et accepte que tous ceux qui ont déposé leur caution puisse participer à l’élection.

Dans l’attente des décisions qui tardent à sortir des cours et tribunaux saisis, l’opposition a décidé de prendre « le taureau par les cornes« …de prendre le saï saï -terme péjoratif mis en scelle par le groupe Keurgui et qui désigne un roublard- à son jeu. Et affronter le pouvoir dans la rue. Rassemblés à la place de la Nation, l’ancien Premier ministre, Abdoul Mbaye, comme le marabout Sérigne Mansour Sy Djamil sont largement revenus sur la déception qui a été la leur dans le choix du candidat « Macky 2012 » face à Abdoulaye Wade. « C’est ici que j’avais prié Allah, en 2012, pour que Macky Sall devienne le président de la République. C’est à ce même endroit que je reviens, aujourd’hui, et devant ce même peuple pour demander à Dieu de nous débarrasser de Macky Sall. » A déclaré Mansour Sy Djamil de Beuss Dou Niakk.

Comme lui, l’ancien premier ministre pense que « ce qui est le plus désolant, dans la posture du président de la République, est que Macky Sall est un homme qui ne dit jamais la vérité. » Alors que la plupart des opposants sont, publiquement, venus dire leur farouche opposition à l’actuel occupant du palais de Dakar, les absences injustifiées de Me Madické Niang, de Malick Gackou et d’Idrissa Seck ont largement été notées. Et intrigué l’assistance qui voulait voir les 26 prétendants au fauteuil de Macky Sall, réunis ensemble sur cet estrade. Et si Déthié Fall, qui a porté la parole de Idrissa Seck, n’a pas pris de gants pour appeler les jeunes à faire front. Et à se préparer à occuper la rue, pour contraindre Macky Sall à quitter le pouvoir, le discours alambiqué du représentant de Malick Gackou, qui tentait de nier une présumée scission au sein de leur mouvement, a jeté le doute dans l’esprit de bon nombre de manifestants.

Dans la foule, il se murmurait que « ceux qui ont préféré s’absenter de la place de la Nation, en ce jour historique, auraient déjà négocié avec le pouvoir. Ils n’attendraient que la moindre occasion pour se livrer, avec armes et bagages, au candidat de Benno. » Alors que Pierre Goudiaby Atépa s’est contenté de ne juste demander le départ du pouvoir de Macky Sall, Oumar Sarr du Pds comme Cheikh Guèye venu porter la voix de Khalifa Sall -maintenu en prison depuis plus d’un an- ont demandé que leurs candidats respectifs seront de la course. « Khalifa Sall sera candidat pour cette présidentielle. Que cela plaise à Macky Sall ou non. Et, au soir du 24 février, il sera élu président de la République du Sénégal. » A prophétisé Cheikh Guèye, le maire de Dieupeul. Oumar Sarr n’en dit pas moins de son exilé de candidat, dont les fédayins réclament urbi et orbi le retour. Par parachute, s’il le faut.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire