Pierre Goudiaby Atépa: « Je conseille à Karim Wade de ne pas rentrer de sitôt pour éviter la prison « 

Pierre Goudiaby Atépa: "Je conseille

L’architecte sénégalais de renommée internationale, Pierre Goudiaby Atépa, a présenté son dernier ouvrage, « Sénégal Rek » hier sur l’esplanade du monument de la Renaissance, à Dakar. A l’ombre de ce monument qu’il a réalisé pour le compte de l’ancien président, Abdoulaye Wade, le bâtisseur qui a annoncé, à l’occasion, son entrée en politique s’est permis d’envoyer quelques conseils au candidat déclaré du Pds. Et Pierre Goudiaby Atépa n’est pas allé par quatre chemins pour suggérer à Karim Wade de rester loin du Sénégal; le temps que sa condamnation, pour enrichissement illicite – qui fait peser sur sa tête un séjour en prison à cause du non paiement de l’amende de 138 milliards assortie d’une contrainte par corps au maximum – soit prescrite.

Annoncée en grandes pompes, l’entrée du bâtisseur dans cette arène politique dominée par des « destructeurs d’espoirs » s’est fait hier à Dakar. Devant plusieurs centaines de partisans et aussi de simples curieux assoiffés de changements, l’architecte Pierre Goudiaby Atépa a fait son entrée en politique. Alors qu’il n’était là que présenter son dernier livre, « Sénégal Rek », Pierre Goudiaby Atépa -qui était entouré par ses proches comme des étudiants venus de tout le Sénégal- s’est prononcé sur des sujets brûlants de l’actualité.

S’il s’est refusé de commenter la décision de justice concernant le fils de l’ancien président de la République -condamné à 6 ans de prison et à une amende de 138 milliards de F CFA, pour des crimes d’enrichissement illicites-, le bâtisseur des grandes réalisations architecturales n’a pas manqué de porter quelques conseils à Karim Wade.

Face aux journalistes, Pierre Goudiaby Atépa a conseillé au candidat déclaré du Pds -et apparement empêché de rentrer au pays- de continuer à se mettre à l’abri, dans son exil Qatari. « Ce que je peux dire à Karim Wade, c’est de ne pas venir au Sénégal tant que cette décision de justice est en cours. C’est un tribunal qui l’a condamné. Et je lui conseille de patienter encore, parce qu’il est jeune » a déclaré l’auteur de « Sénégal Rek« , un livre profession de foi d’un novice en politique qui se dit prêt à répondre à l’appel de son peuple.

S’il en est arrivé à ce choix de don de soi pour le Sénégal et rien d’autre, c’est parce que Pierre Goudiaby Atépa, âgé de 70 ans, s’est dit révolté par la manière dont des générations de politiques se sont occupés de ce pays. « J’estime qu’on parle trop de politique politicienne. Et, il est temps qu’on aille de l’avant. Pendant qu’on ne parle que de Karim Wade et de sujets politiques dans la presse, dans d’autres pays les gens travaillent. » A regretté Pierre Goudiaby Atépa qui est, désormais, prêt pour un changement radical des pratiques de la politique.

 

PARTAGER
Article précédent«Sénégal-rek, ensemble pour une refondation», les raisons de l’engagement de Pierre Goudiaby Atépa
Article suivantContribution: Non, la Casamance on ne joue pas avec ça !
Babacar Touré
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

6 Commentaires

  1. C’est un constat: le pays va à la déchéance! Des valeurs sociétales s’effritent. Mais il faut de nouvelles manières de procéder, un nouveau leadership, de nouveaux leaders. En tant qu’avenir de la société, la jeunesse ne doit ni rester à s’apitoyer sur son sort ou sur celui de l’ensemble du pays ; ni chercher un bouc émissaire à qui attribuer tous les maux qui frappent le Sénégal Ce serait alors une marque d’irresponsabilité. Cela dit, elle a ses efforts à faire. Que ce soit dans la manière de choisir ses leaders ou dans son silence-conformiste et complice par rapport à ce qui se passe dans son pays. De ce fait, assumer sa responsabilité se rapporte aux actions entreprises pour l’avancement du pays. C’est aussi développer un certain sens d’engagement dans ce qui peut servir sa communauté.nous devrons choisir faire le bon choix parmi tout ses hommes politiques

  2. C’est clair qu’ ils disent tout haut qu’ ils n’ont pas peur et ont un bon bilan. Mais ils refusent le retour de Karim gracié. Je ne suis pas la logique du président Sall.

  3. Et pourkoi ou bient tu travail pour macky on a tout comprit Karim est sénégalais plus que vs il a le droit de venir quand il veut

  4. man dall vremen ban.senegal lagnou nek gayi war nagnou ko tek thi bable bi gnep kham ko mes senegale come tout les senegalais bo togue fofou amoul problem bo gneuwe senegal faye yena ragal adversair rek thim yalla. nafi yalla dieule gour gui fi nek 2019 amine

Laisser un commentaire