Pêche illégal et covid : l’organisation non gouvernementale Greenpeace publie un rapport qui met à nue les pratiques illégales des pays ouest africains dans le secteur de la pêche.

Pêche illégal et covid : l’organisation non gouvernementale Greenpeace publie un rapport qui met à nue les pratiques illégales des pays ouest africains dans le secteur de la pêche.

Un nouveau rapport de Greenpeace publié cette semaine, expose comment les gouvernements d’Afrique de l’Ouest ont continué de permettre le pillage systématique des océans par les navires des entreprises de pêche multinationales et l’industrie de la farine et de l’huile de poisson. Certaines de ces industries sont allées jusqu’à essayer de tirer profit du contexte de confinement lié à la COVID-19, informe un communiqué de l’organisation non gouvernementale internationale de protection de l’environnement.

Le rapport intitulé « Mal de mer: pendant que l’Afrique de l’Ouest est verrouillée par la COVID 19, ses eaux restent ouvertes au pillage », est basé selon la même source sur l’observation de navires de pêche et des usines de farine et de l’huile de poisson au Sénégal, en Gambie et en Mauritanie de mars 2020 à fin juillet 2020, période durant laquelle les mesures de confinement dues á la pandémie de COVID-19 ont été introduites dans les pays d’Afrique de l’Ouest.

Sur la base des données du système d’identification automatique (AIS) utilisé pour les navires dans le monde entier, les recherches de Greenpeace Afrique lit-on sur la note, confirment qu’au moins huit navires de pêche industrielle ont participé à des activités douteuses au cours de la période observée. Tous portent le nom de Fu Yuan Yu et il a été observé qu’ils affichaient des activités suggérant qu’ils pêchaient dans la zone économique exclusive (ZEE) sénégalaise alors qu’il était impossible de vérifier si leur licence avait été obtenue dans le respect des règles et procédures. Dans d’autres cas, les navires semblaient utiliser une vieille astuce pour dissimuler leur position en manipulant les données de leur AIS.

Greenpeace conclut son rapport en demandant la fermeture définitive des usines de farine et d’huile de poisson opérant en Afrique de l’Ouest, à l’exception de celles utilisant exclusivement les déchets issus de la transformation des poissons inaptes à la consommation humaine. Greenpeace demande également la publication de la liste complète des navires autorisés à pêcher dans tous les pays de la Commission Sous Régionale des Pêches (CSRP), un statut officiel pour les femmes transformatrices de poisson ainsi qu’une réforme du processus d’octroi de licences de pêche au Sénégal afin d’améliorer la transparence et l’inclusion du secteur artisanal dans le processus de prise de décision. Enfin, Greenpeace appelle tous les gouvernements de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à adopter un plan régional de gestion durable des pêches, en mettant l’accent sur l’état de surexploitation des stocks pélagiques.

Laisser un commentaire