Ousmane Sonko : « Si je suis élu, je vais renégocier tous les contrats léonins signés sur nos ressources »

Texte alternatif de la bannière

Le candidat de la coalition « Sonko Président » était de sortie, ce matin, dans les rues de Dakar. Parti de son nouveau siège de la VDN, le cortège du candidat Ousmane Sonko -composé d’une centaine de véhicules a, après plusieurs heures de blocage causées par les embouteillages, emprunté la route de Yoff pour sa première journée de campagne. Alors qu’il ne suffisait que d’une dizaine de minute pour rejoindre le village de Ngor, le cortège de Ousmane Sonko a passé plus de deux heures pour rejoindre le domicile du chef du village de Ngor.

Parvenu difficilement à rejoindre le village mythique de Ngor, Ousmane Sonko est resté plus d’une heure sur la place publique du village à haranguer la foule et à tirer, à boulets rouges, sur le régime de Macky Sall. Après avoir été reçu par ce dignitaire et bénéficié de ses prières, le candidat de la coalition « Sonko Président » a pris la route des Almadies pour rejoindre Ouakam. Alors que de nombreux barons du parti au pouvoir avaient toujours laissé entendre que cette ville était leur fief, ce sont des centaines de Ouakamois qui sont sortis dans les rues pour scander le nom de Ousmane Sonko. « Sonko Rek, Fi nioko mome » scandaient-ils, en chœur, comme s’ils avaient besoin de donner autant d’assurance au leader de Pastef qui s’est, à peine arrivé dans la ville, senti maître de Ouakam. Sorti de Ouakam sous les ovations des populations et conforté dans ses convictions que plus rien ne s’opposera entre lui et les populations de cette commune acquise à sa cause, le candidat de la coalition « Sonko Président » s’est dirigé vers l’Université de Dakar.

Considérée comme l’antre qui a toujours terrorisé les politiciens sénégalais, surtout quand ils sont aux affaires, l’université Cheikh Anta Diop -où le cortège de Sonko est arrivé vers les coups de 16 heures- s’est transformée en un oasis pour les caravaniers de Pastef. Mais, contrairement à ces étapes vertes qui donnent le sourire et de l’eau aux nomades dans le désert, c’est avec des sceaux vides que les étudiants ont accueilli Ousmane Sonko. « Depuis ce matin nous n’avons pas d’eau », ont scandé les étudiants qui aimeraient que le grand frère -Ousmane Sonko- connaisse leur calvaire. N’étant pas en terrain inconnu à l’Ucad et sensible à la souffrance de ses jeunes frères, le candidat de la coalition « Sonko président » a demandé aux étudiants de s’organiser pour reprendre les rênes de ce pays. Et bouter les hommes du système, hors de l’appareil d’Etat.

« Si vous voulez débarrasser ce pays de tous ces prédateurs de nos deniers publics, il faut aller chercher vos cartes et voter. C’est seulement, de cette manière que nous allons gagner les élections et récupérer notre souveraineté« , a déclaré Ousmane Sonko. Pour le patriote en chef, son élection à la présidence de la République doit être vue comme le signe d’un nouveau sursaut révolutionnaire au Sénégal. Alors que toutes les richesses naturelles du pays sont bradées à des étrangers, Ousmane Sonko a pris l’engament de renégocier ferme tous les contrats léonins signés par les différents gouvernement sénégalais.

« Le pétrole et le gaz sénégalais doivent permettre de prendre en charge les conditions de vie des Sénégalais. Parce que ne serait-ce que dans le domaine du pétrole, on peut créer plus de 500 métiers. Et beaucoup d’étudiants aurait pu être orienté vers ces filières-là », a fait remarquer Ousmane Sonko. Aussi, alors que le président Macky Sall n’avait pu entrer -en 2018- dans l’enceinte de l’université Cheikh Anta Diop que sous escorte militaire échaudé qu’il a été par le violent accueil de 2017, Ousmane Sonko y est entré comme on pénètre dans sa propre demeure.

D’ailleurs, les étudiants qui ont vu en lui un des leurs lui ont déclaré qu’il est le seul candidat à cette élection présidentielle qui peut rentrer dans ce temple du savoir et de « la contestation » sans crainte pour sa sécurité. Face à tant de marque d’amitié et de fraternité, Ousmane Sonko n’a pu s’empêcher de faire un tour devant le mémorial de Balla Gaye, un étudiant tué lors des manifestation estudiantine- et prié pour le repos de son âme. Aussi, Ousmane Sonko a déclaré que sous un règne à la présidence de la République du Sénégal on assistera jamais à des meurtres impunis d’étudiants.

Laisser un commentaire