Ousmane Sonko: La mutation et les contradictions qui font douter les Sénégalais

Jusque-là considéré comme le chantre du patriotisme, le patron du mouvement Pasteef a entamé sa mue. De souverainiste déterminé, l’ancien inspecteur des impôts, qui s’est fait un nom en divulguant des informations obtenues « grâce à sa position dans la fonction publique », Ousmane Sonko semble avoir pris gout à la politique. Et a commencé à faire siennes ces pratiques politiciennes que le jeune candidat à la présidentielle n’avait de cesse de dénoncer. Analyse de l’inconstance d’un homme que tous croyaient véridique.

On l’avait connu téméraire, véridique et charmant. Il s’est révélé manipulateur, calculateur et opportuniste. Désormais, Ousmane Sonko a entamé sa mue. Il ne reviendra plus en arrière. Pour se voir au palais de la République, il est prêt à faire un pacte même avec celui qui a symbolisé le diable. Après avoir qualifié Abdoulaye Wade de « piètre homme d’Etat » à côté de qui il ne marcherait jamais, le pré-candidat à la présidence de la République du Sénégal a changé de vision. Et de discours aussi. Alors qu’il avait refusé de parler, au téléphone, avec Karim Wade, « parce qu’il est un pur produit du système« , envoyé se promener Abdoulaye Wade -« un grand père indigne » (sic)-, voila que le chantre du patriotisme a annoncé son alliance -contre nature- avec ceux-là qui, hier, ont symbolisé à ses yeux le hideux « système » que le Pasteef veut balayer.

Et pour les rencontrer et former une sainte alliance avec les Wade, Ousmane Sonko a annoncé qu’il était prêt à faire des milliers de kilomètres pour se rendre au Qatar et y rencontrer le Pape du Sopi et son fils, le candidat déclaré du Pds. Et, ainsi, obtenir les bénédictions de ce « piètre homme d’Etat » espérant obtenir le ralliement des frustrés de la Karimie et avec leur soutien aspirer à prendre les rênes du pouvoir, en 2019. Si, en moins d’un an, Ousmane Sonko est capable d’un si grand reniement, d’une si grande trahison envers les « patriotes déterminés » et éloignés des calculs politiciens, il ya de quoi désespérer  de cet homme. Et de la sincérité de son combat pour un Sénégal plus juste et plus prospère.

De sa bouche, Ousmane Sonko a déclaré -et il était fier quand il le racontait- que Abdoulaye Wade lui a dit voir en lui le garçon qu’il était. Si le garçon Laaye Njomboor avait séduit plus d’un, Abdoulaye Wade président a déçu le pays tout entier. Les balafres de sa gestion économique, des affaires judiciaire comme les conséquences de son plan de dévolution monarchique ont causé d’énormes torts au Sénégal. Et si Ousmane Sonko est l’incarnation de ce même Abdoulaye Wade, il faut croire que beaucoup de troubles à l’ordre public seront à l’horizon, de nombreuses familles seront disloquées et de nombreux employés perdront leur gagne pain en rêvant de s’installer au palais. Et lorsque ce jour de gloire arrivera, ces personnes-là, qui auront tout sacrifié pour son triomphe, ne seront pas toutes récompensées, comme l’ont été Mody Sy, Boubacar Sall, le lion du Caayor: des hommes qui ont tout donné pour le Pds et qui n’ont jamais été reconnus ni récompensés.

Si Ousmane Sonko accepte d’être l’incarnation vivante d’Abdoulaye Wade, il va falloir s’attendre à ce que, à son tour, il se batte avec ses « amis » au moment du partage du pouvoir. Parce que grâce à Idrissa Seck, au Sénégal, on sait désormais qu’il y a un code d’honneur qui n’est jamais trahi par les mafieux qui s’accaparent les Etats:  « c‘est au moment du partage du butin que les grands bandits se battent« . Et la bataille du butin a été terrible au sommet de l’exécutif pendant le règne des libéraux. Abdoulaye Wade et Idrissa Seck y ont laissé leurs plumes. Et si Ousmane Sonko qui veut hériter de « ces grands bandits« , il va falloir qu’il s’attende, en prenant leurs actifs, à récolter leurs passifs.

1 COMMENTAIRE

  1. C’est quoi ton problème au juste!? Parle de Sonko mais s’il te plait laisse le passé dormir trankil et parle nous du présente et peut être du future. Ta haine pour Wade ne dois pas ternir l’image de notre très cher Karim. Le cœur a sa raison que la raison ne connaît pas. Wa’salam

Laisser un commentaire