Naufrage du »Joola »: Il ya 16 ans, le bateau disparaissait dans les eaux gambiennes

Naufrage du"Joola"

Ce mardi 26 septembre, le monde et le Sénégal se souviennent du naufrage du Joola, la plus grande tragédie maritime de l’histoire du pays. Le 26 septembre 2002 le navire, assurant la liaison Ziguinchor–Dakar, avait sombré aux larges des côtes gambiennes. 1853 morts avaient été officiellement recensés.

 

Ziguinchor, cette ville qui a pourtant payé un lourd tribu à cette tragédie maritime du 26 septembre 2002 avec le naufrage du bateau Le Joola, rien ne montre que dans trois jours l’on commémorera le quatorzième anniversaire de ce drame qui a coûté la vie à 1853 victimes officiellement recensées.

«Nous, familles des victimes nous n’allons jamais oublier ce naufrage même s’il fallait, seules, entre famille de victimes, célébrer cette commémoration, nous allons le faire. Pas question d’oublier cette tragédie…», lance Moussa Cissokho de l’Association Nationale des Familles de Victimes du Joola (ANFV JOOLA).

Seules les premières années qui ont suivi le drame ont été célébrées dans une parfaite et grande solennité empreinte de grand hommage. Les Ziguinchorois se languissent des épisodes ludiques, folkloriques et politiciens qui marquaient souvent les commémorations se sont vites résignés à ramener ces célébrations à leurs dimensions solennelles.

Ces commémorations sont souvent l’occasion de ramener les populations à une prise de conscience. Car, après une tragédie d’une telle ampleur, nombreux étaient ceux-là qui ont fait leur introspection sur une panoplie de comportements à adopter. Mais très vite, les populations renouent d’avec les vieilles habitudes. Surcharges dans les transports, dangers sur les routes, refus de ports de gilets de sauvetages sont autant d’attitudes qui renseignent sur l’insouciance et le manque de prise de conscience.

La question de la prise en charge des orphelins reste une revendication centrale. La mise en place de l’office des orphelins a plus créé de problèmes qu’elle n’en a résolu, déplore Moussa Cissokho qui estime que «certains enfants n’ont pas été pris en charge par cet office des orphelins. Ils ont été laissés en rade ».

Le renflouement du bateau reste un autre combat pour les responsables de l’association. Et pour cause soutient-il, «jusque-là, c’est l’omerta total de la part de l’Etat qui n’a pas cette volonté de renflouer le bateau pour permettre à nos chers parents disparus, d’avoir une sépulture digne et de permettre à leurs parents de porter le deuil … »

S’y ajoute le classement du dossier sans suite au Sénégal et en France. De quoi soulever l’ire des responsables qui assimilent une telle situation à un «culte de l’impunité qui prévaut au Sénégal». Ils s’expliquent difficilement de telles décisions de justice.

«Il faut faire la lumière sur ce naufrage car il est inadmissible que personne ne soit responsable de 2000 morts. C’est incroyable ! Nous ne l’accepterons jamais ! Avec les familles françaises, hollandaises … nous allons faire bloc pour porter le dossier au niveau de l’Union africaine et de l’Union européenne», peste Moussa Cissokho.

Laisser un commentaire