Moussa Sy : «sur le saint Coran, je sais que Khalifa Sall …»

Moussa Sy

Le maire des Parcelles Assainies est convaincu que les accusations portées contre Khalifa Sall sont infondées. Dans un entretien accordé à Voix Populi, Moussa Sy déclare que le Maire de Dakar est simplement victime «d’une conspiration».

« C’est une conspiration qui ne dit pas son nom. Une cabale malheureuse dont l’objet est de mettre Khalifa Sall dans une situation inconfortable par rapport à l’opinion. En vérité, c’est ce qui est recherché. Mais aussi, briser l’élan qu’il a pris par rapport à ses tournées à l’intérieur du pays. (…) On disait que Khalifa Sall se limitait à Dakar, qu’il n’a pas d’envergure nationale. Maintenant, après Mbane, Richard-Toll, Saint -Louis et Mpal, il commence à faire ses programmes d’animation politique, et là, ça gène au niveau du pouvoir et du Parti socialiste », soutient le maire des P. A.

Pour Moussa Sy, « les gens, aujourd’hui, veulent mettre sur le dos de Khalifa Sall une conspiration. Parce que, quand on parle de la caisse d’avance, elle a des règles, le quart du budget du chapitre des dépenses diverses.Donc, par rapport à cela, il  y a des conditionnalités. Mais ce qui se passe, aujourd’hui, les fonds dont on parle, c’est des fonds politiques », laisse-t-il entendre.

Et au maire des Parcelles Assainies d’expliquer l’utilisation de la caisse d’avance  «Beaucoup de Dakarois ont bénéficié de ces fonds de manière confidentielle. Soit pour aller se soigner en Europe, au Maroc, en Tunisie, et ailleurs. Soit pour faire des ablations de seins, par rapport aussi au col de l’utérus. D’autres ont bénéficié de ces fonds pour le cadre des bourses d’études et autres. 

A en croire le maire Moussa Sy, toute la société sénégalaise a bénéficié de ces fonds, « et je peux jurer, sur le saint Coran, je sais que Khalifa Sall n’a pas utilisé l’argent pour son propre compte, mais pour les populations de Dakar et du Sénégal». Et les tenants du pouvoir actuels au premier chef connaissent cet argent», conclut-il.

Laisser un commentaire