Monseigneur Benjamin Ndiaye : « Comment pouvons-nous encore nous dire croyants lorsqu’on….. »

L’église sénégalaise a célébré Pentecôte ce lundi. En l’absence du cardinal Théodore Adrien Sarr, c’est à l’archevêque de Dakar qu’est revenue la lourde responsabilité de transmettre le message de l’église. Et Mgr Benjamin Ndiaye n’a pas été avare en mots pour dénoncer les maux qui menacent l’avenir du Sénégal.

La communauté catholique du Sénégal a célébré, ce lundi, la 130 ème édition du pèlerinage marial de Popenguine. Venus de tout le Sénégal et au delà des frontières nationales, les pèlerins ont convergé vers la petite cote pour saluer la Sainte mère, Marie la bien nommée. Conduite sous la responsabilité de Monseigneur Benjamin Ndiaye, le pèlerinage marial de cette année a eu un cachet particulier: l’archevêque de Dakar, très peiné par les derniers événements sociaux qui ont endeuillé le pays, a tenu à faire entendre sa désapprobation du comportement des Sénégalais.

Après avoir salué l’engouement des jeunes catholiques à magnifier la bienheureuse Marie, Mgr Benjamin Ndiaye s’est indigné du fait des nombreuses violations des droits de l’homme au Sénégal. Voulant faire de sa vie comme de celles des chrétiens « un chemin menant vers les autres », l’archevêque de Dakar s’est demandé « si nous pouvons encore nous prévaloir d’une culture sénégalaise bien ancrée dans la religion lorsque les principes fondamentaux de la protection de la vie, du respect de l’autre et de la promotion du bien commun sont bafoués. »

Chagriné par ce qui se passe dans le pays, l’archevêque de Dakar a déclaré que « les situations de violences; quelles soient physiques ou verbales ne sont devenues que trop répétitives pour être des faits isolés. » Aussi, l’archevêque de Dakar s’est demandé « comment  ne pas s’indigner du fait que ces violences soient exercées sur des enfants innocents, à des fins inavouées. Comment ne pas se désoler de ce que le terrain politique, au lieu d’être le lieu de croissance positive d’une nation, le terrain de débat opportun. Vrai pertinent et civilisé, devienne de plus en plus dans notre pays un champ de bataille; un terrain de lutte effrénée pour des intérêts partisans ».

Aussi, le risque que la classe politique fait courir à la jeunesse sénégalaise à travers des grèves cycliques, dans les universités comme dans les écoles, n’a pas laissé de marbre l’archevêque de Dakar. Conscient de sa responsabilité historique en cette période trouble de la vie de la nation, Mgr Benjamin Ndiaye a appelé chacun des acteurs politiques comme sociaux à sauvegarder les intérêts des générations futures. Aussi, le chef de l’église de Dakar, qui a déclaré sa satisfaction quant à l’accompagnement du gouvernement dans l’organisation de cette 130 eme édition, a demandé aux croyants de prier Dieu pour un meilleur hivernage.

 

PARTAGER
Article précédentKooru Biddew Saison 3 – Episode 5
Article suivantPolitique: Idy promet de répondre à Sidy Lamine et à Bamba Ndiaye
Babacar Touré
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

4 Commentaires

Laisser un commentaire