Le ministre kényan de l’Intérieur décède subitement à l’hôpital

Le ministre kényan de l'Intérieur décède subitement à l'hôpital

0

Selon la présidence, qui a annoncé la nouvelle tôt ce matin sans donner de détails sur les circonstances de sa mort, Joseph Nkaissery, âgé de 67 ans, avait été admis au Karen Hospital pour un contrôle médical. Ce matin, les médias locaux ont rendu hommage à l’homme fort de la lutte anti-terroriste kényane.

Discipliné, efficace, mais aussi autoritaire. Personnalités politiques et commentateurs ont multiplié les hommages à Joseph Nkaissery dressant le portrait d’un homme compétent, fer de lance de la lutte contre les shebabs.

Lorsqu’il est nommé ministre de l’Intérieur en 2014, le Kenya vient de connaître une vague d’attentats terroristes d’ampleur, et le gouvernement est accusé d’incompétence. Depuis, la situation s’est véritablement améliorée, estime Rashid Abdi, chercheur à l’International Crisis Group.

Joseph Nkaissery a encouragé la nomination d’officiers d’ethnie somalie dans le nord du Kenya où les attaques sont les plus nombreuses, ainsi que la modernisation des moyens techniques des services de renseignements.

Sa carrière de haut-gradé dans l’armée kényane, où il avait tissé des liens avec les forces occidentales, imposait le respect et la confiance. Tandis qu’en politique, il jouissait du soutien de la majorité comme de l’opposition, un atout rare au Kenya.

Les méthodes de l’ancien ministre ne faisaient pourtant pas l’unanimité. Dispersion violente des manifestations, exécutions extra-judiciaires, opérations militaires peu transparentes, les défenseurs des droits de l’homme dressent un bilan mitigé, soulignant la résurgence ces dernières semaines des attaques terroristes dans le pays.

Laisser un commentaire