Meurtre d’Ahmeth Seydi à Yeumbeul Nord: Le présumé meurtrier est le boutiquier de la maison

Texte alternatif de la bannière

Le commissariat d’arrondissement de Malika, dans la banlieue dakaroise, a procédé hier à l’arrestation de Mamadou Codou Thiam né en 1998 à Diofior. Présumé meurtrier du jeune Ahmath Seydi, il a été cueilli par les policiers au moment où il s’apprêtait à fuir le Sénégal.

Célibataire sans enfant et tenancier du commerce qui se trouve dans le domicile de la victime, Mamadou Thiam n’est un inconnu ni pour l’enfant tué ni pour la famille de ce dernier. A en croire des confidences obtenues par Kewoulo, il est depuis quelques mois le titulaire d’un commerce appartenant à une sénégalaise expatriée qui l’employait comme boutiquier. Avant lui, c’est Demba Seydi, l’imam du quartier et père du petit Ahmad, qui tenait la boutique.

Mais, pour des raisons -pour le moment- inconnues de Kewoulo, la propriétaire du commerce aurait confié l’affaire à Mamadou Thiam. Et ce dernier vivait, apparement, en bon voisinage avec la famille de son prédécesseur. Et surtout avec le petit Ahmath, star incontestée du quartier et ami de tous. Mais, si l’enquête de Kewoulo ne démontre pas qu’un contentieux réel existe entre le boutiquier et l’imam, dans le voisinage on raconte que des gris gris et autres talismans découverts récemment devant le commerce de Thiam auraient exacerbés leurs relations. « Et depuis qu’il a vu ces talismans, il tombait souvent malade. Il souffrait d’un mal mystérieux qui l’oblige à fermer constamment sa boutique. » Ont confié des sources anonymes à Kewoulo.

Alors qu’il était souvent absent du domicile familial, situé à Yeumbeul -ils sont originaires de Diofior, en pays sérère-, Mamadou Thiam a pris l’habitude d’être plus régulier chez sa mère, fermant tout le temps sa boutique; alors qu’il y avait presque élu domicile. Comme il fallait trouver une explication même irrationnelle au mal mystérieux qui le ronge, le boutiquier a fini par croire que c’est le père de l’enfant qui lui aurait jeté un sort. « Cette suspicion s’est aggravée lorsque, il y a quelques jours, il a encore retrouvé des gris gris à la même place. Cette fois-ci, contrairement à la dernière fois, il les a pris et les a enfuis profondément sous terre. » Raconte-t-on à Yeumbeul.

Après avoir subi des « attaques mystiques« , Mamadou Thiam a décidé de se venger. C’est ainsi qu’il a jeté son dévolu sur le petit innocent qui venait souvent jouer dans sa boutique. A en croire des confidences qu’il aurait faites à un parent qui s’est aussitôt empresser de le dénoncer auprès des policiers, « il a entrainé l’enfant dans la boutique et l’a asphyxié en plongeant sa tête dans une bassine d’eau. » Ayant réussi à faire cesser les mouvements du petit qui s’est fortement débattu -comme le souligne l’autopsie-, il l’a mis dans un sac et attendu la soirée pour faire plus d’un kilomètre et venir se débarrasser de son chargement qu’il avait porté sur sa tête. Sans pour autant éveiller le moindre soupçon. On était le jeudi 28 février et plus 8 heures après la disparition d’Ahmath.

Vendredi matin. En promenade dans les filaos qui bordent la plage de Malika, un homme, qui a aperçu un sac de riz abandonné, décide de l’ouvrir. Stupéfait de la découverte, il en parle à un autre passant qui le trouve sur place et court alerter la police. La veille déjà, après avoir remarqué la disparition de son fils cadet, Djeynaba Baldé s’était rendue au commissariat de police de Yeumbeul. Et ce après avoir fait le tour du quartier. Un message radio de la disparition de ce gamin a fini par faire le tour des services de sécurité. Au préalable, c’est elle qui était rentrée, à midi, avec son bébé de l’école où l’enfant était scolarisé en préscolaire.

Et la mère exerçant le métier d’enseignant. « Je m’étais retirée dans la chambre pour me reposer. Il était dans la cour. Et quand je me suis réveillée je ne l’ai plus aperçu. Et depuis nous avons fait le tour du quartier en vain« , a déclaré la mère éplorée. Informés de cette découverte, les limiers étaient venus procéder au constat et à la l’enlèvement du corps. Aussitôt, la famille est contactée pour venir identifier ce qui pourrait être le corps d’Ahmath. Ce qui a été fait dans la journée de vendredi. Parvenue dans le quartier, la nouvelle de la découverte du corps du petit Ahmath a fait le tour du pays.

Et la consternation est d’autant plus grande que cette mort violente rappelle aux sénégalais le souvenir de la vague d’assassinat dont des enfants ont été récemment victimes. Et tous craignaient que l’on ne revienne à « cette période où, disait-on, les enfants étaient sacrifiés pour des besoins politiques« . Alors que tout le monde semblait marqué par ce tragique événement, les policiers et autres agents de renseignements ont été intrigués par le comportement anormal du boutiquier. En plus de fermer constamment son commerce, il ne cessait de vomir à tout bout de champ comme s’il était persécuté par le spectre de son acte.

En plus de ces indices corporels qui ont trahi le commerçant, les policiers auraient capté une information capitale selon laquelle le boutiquier se serait confié à un de ses proches pour lui dire avoir tué l’enfant « pour se venger du père.  » Fort de ces indices graves et concordants, les limiers ont mis en place une discrète surveillance électronique -mise sous écoute des téléphones du suspect- et physique -filature. C’est après quatre jours de ces surveillances et après avoir eu la confirmation que le boutiquier cherchait à fuir le pays que les limiers ont décidé de l’appréhender, hier matin. Pendant que Mamadou Thiam (21 ans) est conduit en garde à vue, le frêle corps de Ahmath était mis sous terre au cimetière de Malika. Après plusieurs heures de dénégation, le présumé meurtrier a fini par avouer le crime tout en indiquant ne pas savoir pourquoi il a agi de la sorte.

Laisser un commentaire